Compte-rendu de la réunion du Groupe de Partenariat Opérationnel (GPO) du 23 juin 2022

Ce compte rendu est rédigé par Bruno Salléras et Marc Hajjar.

Etaient présents : 

– Arnaud Giry – Capitaine  (enquêteur/lecteur des plaintes situé à Bastille) dont nous avons récupéré la carte de visite : Arnaud.giry@interieur.gouv.fr

Sabrina Bieberstein – Major et son adjoint Steve Barbier, Brigadier chef – Mission de prévention, contact et écoute, commissariat de la rue Gabriel Vicaire 

PP DSPAP DTSP75 CIAT CENTRE MPCE <ciat-centre-mpce@interieur.gouv.fr

>            Tel : 01 42 76 13 27/ 28 /44 /51

            – Jean Marc Buti Major exceptionnel

Stéphane Bongibault, Chef de la division de la police municipale du centre de Paris

           –   Nicolas Vissière, Responsable du pôle de la sécurité et de la sûreté, site de Paris, Archives Nationales

Jimmy Berthé adjoint au Maire Paris Centre en charge de la jeunesse et de la vie étudiante, de l’animation locale, des métiers de la mode et des créateurs, référent aux conseils de quartier

Face à eux, nous étions neuf : 

– deux représentants de l’ARQAM

– un représentant de l’association Vivre le Marais Vivre Paris Centre ! 

– deux représentants de l’association ADOMA qui gère la résidence sociale Béranger  

– un représentant du conseil de quartier Marais-Archives

– deux représentants du conseil de quartier Marais- Place des Vosges

– une représentante du conseil de quartier Temple-Enfants rouges

Les représentants des conseils de quartier Marais-Archives, Marais-Place des Vosges et Temple-Enfants rouges ont évoqué les nuisances provoquées par les terrasses et les restaurants. Le règlement des étalages et des terrasses (RET) du 11 juin 2021 :

https://www.paris.fr/pages/terrasses-et-etalages-3516#reglement-des-etalages-et-des-terrasses

doit être respecté. Une rubrique du site de la Mairie de Paris informe sur les modalités à suivre en cas de nuisances sonores et olfactives provenant de professionnels:

https://www.paris.fr/pages/les-nuisances-d-origine-professionnelle-7109

D’autre part ont été encore une fois évoqués les problèmes posés par les chiens dans les parcs.

Un groupe d’échanges entre riverains via WhatsApp fonctionne pour le conseil de quartier Marais-Archives. C’est un exemple qui mérite d’être envisagé dans les autres conseils de quartier.

Les représentants de l’ARQAM se félicitent que les mesures de fermeture administrative pour non paiement des cotisations URSSAF soient appliquées aux gérants des boutiques concernées (salons de coiffure et restaurants).

Ils remercient Mme Bieberstein pour la facilité accordée au président de l’ARQAM de déposer en ligne la main courante hebdomadaire qui rend compte des troubles quotidiens causés par les jeunes individus, migrants et rabatteurs, massés tous les après-midis et les soirées dans la rue Sainte Apolline.

Les policiers se déplacent à pied ou en VTT entre 9h et 21h. Ensuite ce sont les voitures de police qui interviennent. Dans la mesure où le 3430 n’est pas disponible en dehors des heures de bureau, il convient d’appeler le 17 Police Secours, disponible nuit et jour 7/7 pour demander par exemple l’intervention d’une équipe de police pour faire cesser un tapage nocturne à n’importe quelle heure de la nuit.

Dans le cas presque certain où un nouveau délit se produirait devant la boutique au coin des rues Sainte Apolline et Saint-Martin, le gérant devra déposer plainte pour qu’ensuite le Commissariat demande à la Préfecture de police de visualiser les enregistrements disponibles dans un délai de 30 jours de la caméra de vidéoprotection sise près de l’arrêt du bus 38 au milieu de la rue Saint-Martin, pour tenter d’identifier les contrevenants.

Cette caméra de vidéoprotection n’est pas placée de manière à prendre en enfilade la rue Sainte Apolline et la rue Meslay. La procédure de réclamation pour déplacer cette caméra doit encore être finalisée pour pouvoir être présentée à la Préfecture de police : d’abord demander l’approbation de la Mairie, puis du Commissariat de Paris centre, enfin présenter la demande au cabinet du Préfet de police. Le nombre des mains courantes hebdomadaires qui s’accumule chaque semaine de mai à octobre chaque année tend objectivement à justifier cette demande.

Un nouveau tag très grand sur le mur pignon de l’immeuble du 324 rue Saint-Martin nécessite l’envoi d’une équipe spécialisée. Il est possible qu’une simple déclaration dans l’application DansMaRue avec adresse exacte et photos à l’appui ne soit pas suffisante pour déclencher l’intervention de l’équipe idoine.

https://teleservices.paris.fr/dansmarue/jsp/site/Portal.jsp?page=fodansmarue

En effet l’équipe de nettoyeurs municipaux n’intervient pas sur un mur privé au delà de 4 mètre de hauteur.

Le tagueur en série “Six Sax” vient d’être placé en garde à vue car il a été pris sur le vif par la police.

https://vivrelemarais.typepad.fr/blog/2022/06/le-tagueur-en-serie-six-sax-epingle.html

Il faut donc être vigilant et filmer le tagueur en exercice pour pouvoir le dénoncer à la police et si possible contribuer ainsi à le faire prendre sur le fait. Dans tous les cas l’identification de la signature est un premier pas indispensable et suffisant pour déposer plainte. Il y a un site qui les référence par ordre alphabétique et par région (Ile de France): https://www.maquis-art.com/

Les représentants de l’ARQAM mentionnent les deux boutiques côté pair de la rue Saint-Martin (312 et 314) à louer et font part de leurs efforts pour tenter de convaincre les propriétaires de ne pas louer à des coiffeurs. Il manque à l’ARQAM l’implication de la Mairie de Paris Centre pour trouver et proposer des repreneurs légaux pour ces baux commerciaux vacants.

Les boutiques du quartier vendant tout type d’alcools, grâce à leur licence III, aux migrants et aux rabatteurs qui s’amassent bruyamment pour boire tous les après-midis et tard en soirée dans la rue Sainte Apolline, les représentants de l’ARQAM rappellent l’existence de l’arrêté 2018-00673 publié au BMOVP 16 10 2018 qui prohibe la vente d’alcools après 21 h dans nos rues et sa consommation dans les rues du quartier de 16h à 7h du matin. Les représentants de l’ARQAM suggèrent la suppression de la licence III à ces boutiques pour tenter de limiter les beuveries et les nuisances sonores et sécuritaires qui s’ensuivent.

La prochaine réunion du GPO aura lieu en septembre 2022.

Compte rendu de la réunion du groupe de partenariat opérationnel (GPO) du 22 février 2022

Rappel du contexte

La circonscription de la police de Paris-centre a défini trois secteurs homogènes [Marais, Arts & Métiers Sentier, Halles Beaubourg Montorgueil] avec un policier responsable placé à la tête de chacun des secteurs. Sous l’autorité du Chef de circonscription le Commissaire divisionnaire Blaise Lechevalier, ce policier est en charge du recueil des besoins en sécurité, de l’animation et du partenariat dans son secteur, en lien avec la mission de prévention, de contact et d’écoute de la circonscription.

Dans chaque secteur, un  groupe de partenariat opérationnel (GPO) permet d’animer le partenariat dans la recherche des solutions concrètes aux problèmes de sécurité et de délinquance. Cette instance collégiale a vocation à traiter des situations et des problématiques concrètes et à élaborer les réponses à apporter à la population avec le concours des partenaires incontournables de chaque secteur.

Notre association l’ARQAM a été sollicitée au titre des habitants du quartier dans ce partenariat à raison de deux personnes désignées par son bureau pour agir en son nom. La première réunion de lancement de ce GPO, animé par le Capitaine Arnaud Giry, a eu lieu le 22 février 2022.

Compte rendu de la réunion du GPO le 22 février 2022

Ce compte rendu est co-rédigé par Julie Sevestre et Bruno Salléras.

Etaient présents : 

Arnaud Giry – Capitaine  (enquêteur/lecteur des plaintes situé à Bastille) dont nous avons récupéré la carte de visite : 

Arnaud.giry@interieur.gouv.fr

Sabrina Bieberstein – Major et son adjoint Steve Barbier, Brigadier chef – Mission de prévention, contact et écoute, commissariat de la rue aux Ours

PP DSPAP DTSP75 CIAT CENTRE MPCE <ciat-centre-mpce@interieur.gouv.fr

Tel : 01 42 76 13 27/ 28 /44 /51

Face à eux trois, nous étions huit : 

  • deux représentants de l’ARQAM : Bruno Salléras (propriétaire rue Saint-Martin) et Julie Sevestre (propriétaire rue Sainte Apolline) 
  • un représentant de l’association Vivre le Marais !
  • un représentant du SNEG et un autre du Labo bar club 37 rue des Lombards 
  • l’adjoint au Maire Paris centre référent aux conseils de quartier : Jimmy Berthé
  • un représentant de la police municipale de Paris Centre : Stéphane Bongibault
  • un représentant du conseil de quartier Marais/Archives : Michaël Sarfati 

L’ARQAM a rappelé les nuisances occasionnées par les différentes boutiques (salons de coiffure, ongleries, cosmétiques, télécoms, restaurants, épiceries…) situées dans le périmètre des rues Saint-Martin/Sainte Apolline/Blondel. Les gérants de ces boutiques sont en infraction sur différents points (URSSAF, TVA, impôt sur les sociétés, contrôles sanitaires).

Il y a un nombre croissant de ces boutiques dans ce périmètre tandis qu’il y a de nouveaux locaux à louer/vendre. Nous avons partagé notre inquiétude qu’ils soient de plus en plus occupés par ces boutiques de mono-activité nuisibles à la vie de quartier.

Julie Sevestre a mis en relation M. Arnaud Giry avec le syndic de son immeuble pour identifier le propriétaire des murs et à la fois gérant de l’épicerie African Makanaki au 5 rue Sainte Apolline. Il est demandé à la police d’intervenir auprès de ce propriétaire gérant pour arrêter la vente illégale d’alcools tout comme c’est le cas pour le Lycamobile au 355 rue Saint-Martin. 

M. Giry a pris bonne note de ces infractions tout en rappelant qu’il ne pouvait pas intervenir auprès de l’URSSAF ou sur les délais à raccourcir pour obtenir une fermeture administrative. Néanmoins, il faut toujours déposer des mains courantes ou porter plainte. Il ne faut pas hésiter à l’aider à identifier les propriétaires des locaux commerciaux et les gérants de ces boutiques pour qu’il puisse enquêter. 

Il a également rappelé qu’ils avaient réussi à faire fermer un salon pendant plusieurs mois en ayant pris par surprise les occupants via une opération et en collaboration avec l’URSSAF.

Malgré tout, tout le monde s’accorde à dire qu’il est très difficile de contacter ces gérants de boutiques dont certains résident en Afrique et que ceux-ci bénéficient semble-t-il d’une véritable impunité, terme largement repris par l’ensemble des riverains,  d’autant plus que les verbalisations quand elles sont possibles ont un effet peu dissuasif !  

Nous avons aussi à nouveau abordé le problème de l’impunité des rabatteurs et migrants qui se regroupent devant ces boutiques, mettent de la musique dans la rue, urinent et boivent de l’alcool tous les jours rue Sainte Apolline. Idem pour le deal de drogue devant le 5 rue Sainte Apolline. 

La police n’a pas la main sur les sanctions, ce qui est problématique. Il a donc été évoqué de prendre rdv avec les autorités judiciaires, un Procureur par exemple ou un référent au Parquet.

Une caméra de vidéo protection est actuellement installée aux abords de l’arrêt du bus 38 rue Saint-Martin mais ne peut filmer les infractions commises rue Sainte Apolline car mal orientée. L’installation d’une seconde caméra bien orientée a été suggérée.

Jusqu’à présent nous ne pouvions pas envoyer de vidéos au commissariat, ce qui va désormais être possible avec M. Giry. Il a suggéré de ne pas hésiter à filmer via nos appartements les personnes qui urinent, dealent ouvertement et sortent des commerces avec de l’alcool. Evidemment sans prendre aucun risque.

Voici les éléments que Julie Sevestre a regroupés et envoyés à M. Giry : https://we.tl/t-sTMs2u97Hl

Vous pouvez voir ces vidéos sur le compte twitter de l’ARQAM: @ARQAMParis3

Parmi les autres sujets abordés : 

  • Problème de chiens non tenus en laisse dans les squares, déjections canines nombreuses et en hausse dans le quartier du Marais.
  • Manque ou peu de collaboration entre les différents GPO de Paris Centre.
  • Une suggestion a été faite de se rapprocher de la Maison de la Vie Associative et Citoyenne de Paris 10ème (MVAC du 10°) pour renforcer nos actions.
  • Pas de date fixée pour le mois prochain à la sortie de la réunion.

Pour résumer, pas d’avancée particulière si ce n’est qu’il faut travailler en étroite collaboration avec eux car ils souhaitent nous aider et nous pouvons les aider en retour en identifiant les commerces qui vendent de l’alcool sans licence et qui provoquent la présence des rabatteurs et migrants devant leurs portes dans nos rues (ceux-ci sont quasiment toujours là de 14h à minuit et bien au-delà). Et pour qu’il y ait moins d’impunité, ne pas hésiter à les prendre en flagrant délit lorsqu’ils urinent par exemple car ils peuvent aussi être poursuivis pour exhibition, et la sanction sera alors pénale. A noter: l’arrêté 2018-00673 publié au BMOVP le 16/10/2018 qui interdit la consommation d’alcools dans nos rues de 16h à 7h ainsi que la vente à emporter de 21h à 7h n’est pas appliqué.

M. Giry se sent très concerné et souhaite nous parler en direct, Mme Bieberstein et M. Barbier sont limités en terme d’actions mais sont en mesure d’être un soutien, il faut également les solliciter. 

Ce que nous ne voulons plus

Un rapide inventaire des salons de coiffure et de cosmétiques africains dans les rues Blondel, Sainte Apolline, Saint-Martin, Meslay, Notre-Dame de Nazareth et sur les boulevards Saint-Denis et Saint-Martin donne les résultats suivants:

18 salons de coiffure et de cosmétiques africains installés depuis 2015 dans les trois premières rues mentionnées, c’est beaucoup trop ! Avec de trop nombreux changements de noms de sociétés (nous en comptons 7 soit un turn over de près de 40%), ce qui équivaut à des démarches d’évitement des gérants confrontés à des sanctions comme les fermetures administratives pour non respect de la loi. En changeant de société, ils évitent de payer les amendes à l’URSSAF (ce qui équivaut à de la traite d’êtres humains) et aux impôts (TVA et sur chiffre d’affaires) et n’ont même pas à fermer leurs commerces totalement illégaux.

Deux sont toutefois fermés depuis quelques mois et nous aimerions bien que ce soit définitif ! Mais de nouvelles boutiques africaines essaiment rue Meslay (trois) et sur les boulevards Saint-Denis et Saint-Martin (une dizaine).

Salons de coiffure africaine

Rue Sainte Apolline :

Marfoso barber shop 3 rue Sainte Apolline

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Salon Diosse, 6 rue Sainte Apolline, devenu Tête beauté,

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Sainte Apolline Fashion, 17 rue Sainte Apolline

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

MJ coiffure, 19 rue Sainte Apolline

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Sans enseigne, 21 rue Sainte Apolline

ouvert de 9h à 24h tous les jours

Rue Blondel :

Atelier du glamour, 3 rue Blondel fermé 6 mois et rouvert comme salon de coiffure africaine depuis la rentrée 2018 : Sylvie Art Haircut

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

7ème dimension tresses 6 rue Blondel devenu Star Boyz coiffure

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Makoura Saran Beauty au 10 rue Blondel ouvert depuis août 2018

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Rue Saint-Martin

Le salon de coiffure africaine “El Jimata”, 355 rue Saint- Martin devenu “Fifame” en juin 2017 après deux redressements judiciaires puis “Shalom beauté” en octobre 2018, de nouveau “El Jimata” en 2020 et depuis le 15 juillet 2021 Beauté Concept

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

 

MT Beauté au 328 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Mimi Beauté au 328 rue Saint-Martin devenu Mijoli

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Coiffure mixte au 332 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Rue Notre -Dame de Nazareth

Esprit beauté

56 rue Notre-Dame de Nazareth

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

/

Boulevard Saint-Martin:

Lucky coiffure 31 bld Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Rim Afro Hair, 39 bld Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Aime la coiffure, 43 bld Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Boutiques de cosmétiques africains

Rue Sainte Apolline :

Mackson Beauty Saloon 1 rue Sainte Apolline et 357 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Rue Saint-Martin

Janet collection, 355 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours de la semaine

Rue Meslay :

Mixstyle au 37 rue Meslay

ouvert de 9h à 20h tous les jours de la semaine

Jedida Hair Paris au 60 rue Meslay

ouvert de 10h à 20h tous les jours de la semaine

Boulevard Saint-Denis:

New Styles Cosmetics, 5 bld Saint-Denis

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Nnobi Cosmetics, 7 bld Saint-Denis

Bama Cosmetics, 7 bld Saint-Denis

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Beauty Confort Institute, 7 bld Saint-Denis

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Boulevard Saint-Martin:

La Lionne d’Afrique 27 bld Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours de la semaine

Espace beauté Ariza, 35 bld Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours de la semaine

Afro Centre De Beauté, 43 bld Saint-Martin

ouvert de 9h à 20h tous les jours de la semaine

Restaurants africains

Rue Sainte Apolline

Magic Afrique devenu Alocodrome puis à la rentrée 2018: Attieke ivoire et depuis avril 2021: Le Bafing au 7 rue Sainte Apolline

 

Rue Blondel

Le Djoliba au 6 rue Blondel

Yummy Food au 13 rue Blondel

Boulevard Saint-Martin:

Le Petit Martin, 39 bld Saint-Martin

Epiceries africaines

Rue Sainte Apolline :

African Makanaki 5 rue Sainte Apolline

Alimentation générale. Produits exotiques et cosmétiques

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés