Compte rendu de la réunion du groupe de partenariat opérationnel (GPO) du 24 mars 2022

Ce compte rendu est co-rédigé par Bruno Salléras et Marc Hajjar.

Etaient présents : 

– Arnaud Giry – Capitaine  (enquêteur/lecteur des plaintes situé à Bastille) dont nous avons récupéré la carte de visite :  Arnaud.giry@interieur.gouv.fr

Sabrina Bieberstein – Major et son adjoint Steve Barbier, Brigadier chef – Mission de prévention, contact et écoute, commissariat de la rue aux Ours 

PP DSPAP DTSP75 CIAT CENTRE MPCE <ciat-centre-mpce@interieur.gouv.fr

Tel : 01 42 76 13 27/ 28 /44 /51

Jean Marc Buti Major exceptionnel

Jimmy Berthé adjoint au Maire Paris Centre en charge de la jeunesse et de la vie étudiante, de l’animation locale, des métiers de la mode et des créateurs, référent aux conseils de quartier

Véronique Levieux adjointe à la Maire de Paris en charge des seniors et des solidarités entre les générations, déléguée de Paris Centre en charge de la prévention, de la sécurité, de la police municipale, de la tranquillité publique et de la vie nocturne.

Face à eux, nous étions six :

– deux représentants de l’ARQAM

– un représentant de l’association Vivre le Marais Vivre Paris Centre !

– un représentant du SNEG et un autre du Labo bar club 37 rue des Lombards 

– un représentant du conseil de quartier Marais/Archives  

Le représentant du conseil de quartier Marais/Archives a mentionné les tags sur les murs de plus en plus nombreux et récents ainsi que les crottes de chiens. La police municipale est censée agir sur ce sujet. La mairie intervient notamment à l’aide de nacelles pour nettoyer mais peut être pas assez fréquemment et rapidement et il est difficile de prendre sur le vif les tagueurs. La plupart des signatures sont connues des services de la police et de la mairie.

Le commissariat et la mairie nous enjoignent à les prévenir dès qu’un tag apparaît. L’application DansMaRue (https://teleservices.paris.fr/dansmarue/jsp/site/Portal.jsp?page=fodansmarue) permet d’envoyer un signalement avec précisions sur l’adresse et photo à l’appui. Il a été rappelé que certains tags sont situés en grande hauteur (plus de 25 mètres) et que des groupes se baladent régulièrement sur les toits du quartier, à la faveur d’échafaudages posés pour des ravalements. A noter : pour la première fois, la Ville de Paris a saisi la justice contre deux tagueurs le 30 mars 2022 (https://www.lemonde.fr/politique/article/2022/03/30/paris-saisit-la-justice-contre-deux-auteurs-de-centaines-de-graffitis_6119844_823448.html)

En ce qui concerne les sujets importants de l’ARQAM, nous avons reparlé de la caméra mal orientée qui est un frein pour observer les comportements délictuels et inciviques très fréquents de la rue Sainte Apolline, ce à quoi on nous a répondu que c’était avec la préfecture qu’il fallait voir le problème !! Nous avons insisté pour que la police et la mairie interviennent auprès de la préfecture, ayant plus de poids qu’une association de riverains. La consommation d’alcools dans la rue reste très fréquente malgré l’arrêté anti-consommation dans le secteur (arrêté 2018-00673 publié au BMOVP 16 10 2018).

Il a été rappelé que de nombreuses tournées de police interviennent dans ce périmètre occasionnant des fermetures administratives de 15 à 35 jours appliquées sur plus de 5 boutiques.Il n’a pas été précisé quel serait le moyen d’action plus efficace avec le procureur.

Le commissariat assure rester à nos côtés pour continuer les actions de patrouille régulière, les fermetures administratives à appliquer le cas échéant et nous demande de leur faire remonter tout changement dans les situations des boutiques (propriétaire,gérant, nom de l’enseigne…). La meilleure solution étant toujours d’identifier les locaux vides en attente de nouveaux locataires pour persuader les propriétaires et agences de ne pas perpétuer la mono-activité de coiffure/onglerie du quartier. La mairie fait comprendre à ce sujet qu’il ne s’agirait pas pour l’instant d’une mono-activité trop importante qui nécessiterait des opérations comme dans le passé sur la rue saint Denis.

Le commissariat par l’intermédiaire d’Arnaud Giry et de Sabrina Bieberstein souhaite continuer à soutenir les associations comme l’ARQAM dans ses objectifs de réduction de la mono-activité et des nuisances. Tout élément de preuve d’incivilité et d’infraction est à transmettre au commissariat pour action rapide.

Une fréquence d’une réunion par mois est toujours prévue, la date de la prochaine restant à fixer au mois d’avril.