Notre demande d’arrêté anti-rassemblement (ou anti-regroupement ou anti-attroupement)

Les jeunes africains s’amassent devant les boutiques africaines dans nos trois rues, que ce soit les salons de coiffure, les débits de produits de beauté ou les restaurants, Ils sont bruyants, le plus souvent éméchés et salissent les trottoirs quand ce n’est pas les façades des immeubles.

Depuis cinq ans que les boutiques africaines se sont ouvertes dans notre quartier, nous avons appelé d’innombrables fois le 17, déposé sans cesse des mains courantes, des plaintes pour tapages injurieux, tapages nocturnes, crachats, souillures diverses, ivresse sur la voie publique, toutes sortes de nuisances que nous subissons de manière incessante et qui nous excèdent.

Cet arrêté interdira tout regroupement portant atteinte à l’ordre, à la sécurité, à la tranquillité ou à la salubrité publique (nuisances sonores, crachats, souillures, dépôt de déchets, etc..) de 14 heures à 7 heures du matin dans la zone délimitée par le boulevard de Sébastopol, la rue Papin, la rue Saint-Martin et le boulevard Saint-Martin sans oublier l’impasse de la planchette et la rue Meslay.

Les infractions aux dispositions du présent arrêté seront constatées et poursuivies par tout agent de force publique habilité à dresser procès-verbal conformément aux lois et règlements en vigueur.

Nous demandons au Préfet de police de Paris de prendre cet arrêté dès que possible. Pour mémoire, les maires de Sèvres, Meudon, Wattrelos (59), Auterive (31) et Castillon-la-Bataille (33) en ont fait de même.

Notre demande de six rondes de police par jour dans nos trois rues

Au vu de la multiplication des attroupements de rabatteurs africains, devant les boutiques africaines dans nos trois rues, nous demandons à la police d’exercer une surveillance sans relâche pour éviter les troubles à l’ordre public, les nuisances sonores, l’accumulation des déchets, etc… La consommation d’alcool est d’ores et déjà interdite sur la voie publique par l’arrêté du 9 octobre 2018. Dans ce contexte, nous demandons la prise d’un arrêté anti-rassemblement par le Préfet de police de Paris.

En général il s’agit d’une population jeune, venue récemment d’Afrique, n’ayant pas de permis de travail, devant se contenter de jobs à la sauvette, venant se faire payer par les gérants des boutiques africaines pour avoir rabattu quelques clientes à la bouche de métro la plus proche et dépensant cet argent pour acheter de l’alcool à la boutique Lycamobile au 355 rue Saint-Martin ou bien un plat de nourriture au restaurant africain à côté. Leur statut précaire est renforcé par le fait qu’ils ne sont pas autorisés à demander l’asile, étant originaires de pays sûrs. Et quand ils sont autorisés à le demander et qu’ils ne l’obtiennent pas, ils ne sont pas expulsés car ils peuvent renouveler leur demande.

Il nous paraît indispensable d’avoir une cadence de six rondes par jour, qui se composent de deux rondes de la BAC, deux rondes de policiers en vélo, deux rondes d’agents à pied. Notre demande auprès du Commissaire général devra être renouvelée à chaque fois que la cadence se ralentira pour une raison ou pour une autre.

Bilan de l’action engagée depuis septembre 2017

Mail de Monsieur le Commissaire Vincent GORRE du 2 janvier 2018 aux membres de l’ARQAM

Bonjour à tous,

Tout d’abord, je souhaite vous adresser mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence.

Ensuite, je voudrais vous relater brièvement le bilan de l’action que nous avons engagée sur le secteur Sainte Apolline-Blondel depuis quelques mois.
Depuis le 21 septembre, 4 opérations d’envergure ont été réalisées, conduisant à la mise en cause de gérants de 8 établissements de coiffure et de tresses.
Pour chacun d’entre eux, des poursuites judiciaires et administratives étaient engagées.

Les premiers résultats commencent d’ailleurs à être visibles : l’établissement “7th dimension tresses” gardera ainsi porte close pendant 10 jours.
2 autres arrêtés de fermeture sont encore à l’instruction au Cabinet du Préfet de Police. Je ne doute pas qu’ils seront très rapidement signés et mis en application.

Le 5 décembre dernier, une opération d’envergure était mise en place associant, à l’initiative du commissariat, l’URSSAF, les Impôts, la DDPP et les services spécialisés de Police. 5 établissements étaient contrôlés simultanément, permettant l’interpellation de 7 individus et le constat de 11 infractions. Les enquêtes sont toujours en cours.

Parallèlement, les individus contrôlés sur la voie publique en train de consommer ou de même simplement de détenir de l’alcool étaient systématiquement verbalisés (conformément à l’arrêté préfectoral), ceux consommant des produits stupéfiants, interpellés. Au total, 19 actions de verbalisation ou d’interpellation étaient mises en œuvre.

En 2018 comme en 2017, vous pouvez compter sur notre détermination pour que ce quartier retrouve une physionomie calme et apaisée.

Nous demeurons bien sûr à votre écoute pour nous faire part de votre retour sur l’impact des actions engagées et de l’évolution ressentie “sur le terrain”.

Bien cordialement,

Vincent GORRE

Commissaire Central

Commissariat du 3ème arrondissement

DSPAP – DTSP 75

Préfecture de police

Tél. : 01-42-76-13-01

Nouvel arrêté anti alcool pris le 18 octobre 2018 couvrant toute la zone entre les boulevards de Sébastopol, Saint Denis et les rues Saint-Martin et Papin

L’arrêté portant interdiction de la consommation, détention, transport de boissons alcooliques de 16h à 7h dans le périmètre des boulevards de Sébastopol, Saint Denis, rue Saint Martin y compris l’impasse de la Planchette et la rue Papin pris le 16 février 2017 a été abrogé et remplacé par un nouvel arrêté

Arrêté 2018-00673 publié au BMOVP 16 10 2018

Cet arrêté stipule que la vente à emporter de boissons alcooliques est interdite de 21h à 7h dans le périmètre concerné.

Les attendus qui accompagnent cet arrêté sont édifiants. Le plus significatif : “considérant le rapport du commissaire central du IIIe […. ] qui établit formellement un lien de causalité entre vente à emporter de boissons alcooliques, l’alcoolisation d’individus consommant de l’alcool sur la voie publique ainsi que les troubles et les nuisances générées par ces individus alcoolisés particulièrement en fin d’après-midi et la nuit dans le secteur Sébastopol/Saint-Denis/Saint Martin/ Papin/Planchette” et ceci : durant la période estivale 2017 les effectifs de police sont intervenus à près de 800 reprises.”

Instaurer un dialogue avec les propriétaires des locaux commerciaux dans notre quartier et leurs agents immobiliers

La surveillance des baux commerciaux vacants, l’envoi de lettres aux propriétaires pour les sensibiliser à notre problématique ne sont pas suffisants pour stopper la progression envahissante des boutiques africaines dans nos trois rues. Pour obtenir des perspectives favorables, il faut que l’ARQAM mobilise davantage son réseau de propriétaires partageant les mêmes objectifs et trouve les moyens de dissuader les propriétaires récalcitrants.

L’ARQAM n’a pas réussi à établir des listes de commerçants de proximité prêts à venir s’installer dans les locaux commerciaux rendus vacants. Les associations de commerçants ne se sont jamais mobilisées. Seul la page Facebook de Marais Entreprendre  a paru plus réactive. Mais beaucoup reste à faire.

URGENT ! Locaux et baux commerciaux vacants dans nos rues

Il serait fort regrettable que les locaux commerciaux vacants dans l’une ou l’autre de nos trois rues ne soient accaparés encore par les gérants des boutiques africaines.

Comme convenu avec Mme Bismuth Le Corre, Adjointe au Maire chargée de la petite enfance, du budget participatif, du développement économique, de l’animation économique (commerces, artisanat) et de l’animation locale, nous demandons instamment aux services de la Mairie du 3ème arrondissement de se mobiliser pour proposer des locataires qui respectent les lois, ne causent pas de nuisances au voisinage, garantissent l’aspect multiculturel et développent le commerce de proximité.

Rue Blondel

3 rue Blondel

(anciennement Galerie Melkart)

RDC : 55 m2 et local rangement en sous-sol  : 55 m2

Nombre d’entrée possible : 1

Loyer : HC/AN

Pas de porte, droit au Bail, Fond de commerce :

Type de Bail envisagé : Bail commercial classique 3/6/9

sauf restauration (chaude et froide)

Agence :

D.U.OPTION IMMOBILIER

17 rue de Poitou
75003 Paris

01 42 78 12 32

 

5 rue Blondel

(anciennement salon de coiffure TM Fils Beauté)

RDC : 120 m2 et local rangement en sous-sol : 80 m2

Nombre d’entrée possible : 2

Loyer : HC/AN

Pas de porte, droit au Bail, Fond de commerce :

Type de Bail envisagé : Bail commercial classique 3/6/9

Agence : CB immobilier 14 rue Notre Dame de Nazareth 75003 Paris    06 03 52 51 05

Rue Saint-Martin

345 rue Saint-Martin

(anciennement Alpro)

45 m2 de boutique + 80 m3 de réserve sur cour

loyer 800 Euros prix de cession : 180 000 Euros

Agence Le Boutiquier : 01 88 32 17 77

M. Gabriel Nataf : 06 35 22 83 72

 

Aidez nous à mettre à jour cette liste de locaux commerciaux vacants : il manque des infos sur le descriptif de certains locaux commerciaux, le montant des loyers demandés et les agences immobilières chargées de gérer ces baux.

Projet participatif: “Pour que revive la rue Saint-Martin”

L’ARQAM a accompagné l’évolution du projet participatif : “Pour que revive la rue Saint-Martin”

qui a été approuvé en octobre 2017 suite aux 716 votes recueillis.

716 votes

Dans la continuité du projet réalisé au nord, dans le 10e arrondissement sur la rue du faubourg Saint-Martin dans le cadre de l’édition 2015 du budget participatif, et au sud devant l’église Notre-Dame-des-Champs, le projet consiste à réaménager la rue Saint-Martin sur son tronçon entre le boulevard Saint-Denis et la rue du Vertbois.

L’espace ainsi réorganisé augmentera la place dédiée aux piétons et aux cyclistes et permettra également l’installation de jardinières ou la plantation d’arbres. La circulation dans la rue pourra être modérée grâce à une mise en zone 30.

Budget : 780 000 Euros

Tout reste à faire pour faire renaître le quartier en y impulsant des activités citoyennes. Le défi réside dans un changement de perspective chez les riverains sur leur propre quartier, ce qui pourrait les inciter à s’y investir ne serait-ce qu’en se réappropriant l’espace public.

Ce que nous voulons : des commerces légaux, multi-activités et multiculturels

Il y a des commerces qui prospèrent dans la rue Sainte Apolline et ceci nous ravit.

Le salon de coiffure :
Le Diamant noir au 1 rue Sainte Apolline

L’onglerie :
Axiang onglerie Asia au 6 rue Sainte Apolline

Le mural au coin du 2 et du 4 rue Sainte Apolline était une surprise agréable

La boutique de retouche au 2 rue Sainte Apolline

La boutique de restauration rapide au 2 rue Sainte Apolline

L’agence de publicité médicale Med&You au 2 rue Sainte Apolline

La compagnie des lots au 359 rue St Martin et 2 rue Sainte Apolline est remplacée par la boulangerie BO & MIE

et nous ne perdons pas au change !

Le bar tabac la Violette au 4 rue Sainte Apolline

La crèche Les malicieux de Sainte Apolline au 7/9 rue Sainte Apolline

La maison Malapert de design intérieur au 9 rue Sainte Apolline

La rue Blondel mérite d’être réhabilitée

Nous regrettons la fermeture de la galerie Melkart au 3 rue Blondel

Nous sommes ravis de l’ouverture fin 2015 du cabinet d’experts comptables Sanchez Richard au 4 rue Blondel

Nous sommes ravis de l’installation depuis l’été 2017 de l’Antichambre escape games
au 8 et 10 rue Blondel

Nous aimons le bar Deux point zéro
qui vient de s’installer au 7 rue Blondel

ainsi que le restaurant rapide
Noa Salad and More au 9 rue Blondel

La rue Saint-Martin est en pleine renaissance

Côté numéros impairs:

Nous sommes satisfaits de voir que la boutique Lycamobile Rick Telecom au 355 rue Saint Martin décide de respecter l’arrêté anti-consommation d’alcool dans la rue par ses clients, à savoir que la vente d’alcool n’est plus autorisée après 21 heures

Nous aimons la boulangerie des artistes au 351 rue Saint-Martin

Nous sommes ravis que la startup Popchef s’installe au 349 rue Saint-Martin

Nous sommes ravis que la startup Front se soit installée au 347 rue Saint-Martin

Nous aimons le Franprix Paris au 341 et 343 rue Saint-Martin

Nous continuons à apprécier la galerie d’art Unitedweart et le magasin Fabricant au 339 rue Saint-Martin

Nous aimons le café Le Parisien au 337 rue Saint-Martin

Côté numéros pairs:

Nous aimons le restaurant Fuugaya au 330 rue Saint-Martin

Nous sommes également ravis que F@ns Factory s’installe au 326 rue Saint-Martin

Nous aimons le restaurant Sen Viet, 324 rue Saint-Martin

le restaurant Shine Garden 324 rue Saint Martin

la galerie Alfalibra 324 rue Saint Martin

la galerie Olivier Castaing 322 rue Saint-Martin

l’imprimeur d’étiquettes personnalisées Phenix Labels au 320 rue Saint-Martin

l’agence immobilière SBM au 318 rue Saint-Martin

le coiffeur La Shaperie au 316 rue Saint-Martin

Le restaurant Loumi’s au 312 rue Saint-Martin

qui soutiennent l’action de notre association.

 

69 rue Meslay
Nous aimons L’hôtel du Plat d’Etain
qui soutient également notre association.

Nous allons oeuvrer pour que continuent à s’installer des commerçants capables de revitaliser nos trois rues par la clientèle qu’ils vont y attirer.

Des grilles coulissantes ferment le parking de l’impasse de la planchette

L’ARQAM avait écrit au propriétaire du parking privé en août 2016 pour lui faire connaître ses revendications et lui demander instamment d’installer des grilles coulissantes pour empêcher le séjour des consommateurs et vendeurs de drogue dans le parking. Trois populations en effet cohabitaient dans ce parking à ciel ouvert : les consommateurs et vendeurs de drogue (crack, cocaïne, héroïne), les rabatteurs des boutiques africaines, les SDF.

A la réunion du conseil d’arrondissement du 24 octobre 2016, il a été acté qu’il fallait relancer l’architecte des bâtiments de France, Mme Sophie Hyafil, pour qu’elle réexamine son refus d’installation de ces grilles. En février 2017, elle a approuvé le nouveau projet qui lui a été présenté. Ensuite, malgré les relances de M. Kilian Barthélémy, adjoint de M. Caron-Thibault, Premier Adjoint au Maire du 3ème Arrondissement, auprès du gérant, la situation n’a pas progressé du fait d’un goudronnage préalable de la chaussée du parking nécessitant la prise en compte des gaines de réseaux de télécoms passant dessous. Cette opération s’est terminée fin 2017 et en juillet 2018 les travaux ont commencé pour l’installation de ces grilles.

L’ARQAM tient à remercier d’abord le propriétaire du parking qui a pris à sa charge le coût assez élevé des travaux, ensuite M. Caron-Thibault et ses adjoints pour le suivi assidu de ce dossier.

Notre demande pour l’installation d’une caméra de vidéosurveillance au coin des rues Sainte Apolline et Saint-Martin

L’ARQAM a demandé au Maire par un mail du 14 juillet 2016 l’installation d’une caméra de vidéosurveillance au coin de la rue Sainte Apolline et Saint-Martin, lieu de rassemblement des rabatteurs africains, source de nuisances sonores, sanitaires et sécuritaires. Notre demande était dans le lot des caméras programmées pour le 3ème arrondissement pour 2017. Cette caméra devait faire partie du plan caméra acté en fin d’année 2017. L’ARQAM continuera de faire part des demandes pressantes pour l’installation de cette caméra tant de la part des commerçants (hôtels, commerces divers et en particulier la boutique dont les devantures se trouvent au 2 rue Sainte Apolline) que de la part des habitants du quartier excédés par les troubles à l’ordre public.