Pétition : rue Gustave Goublier et Faubourg Saint-Martin : stop aux nuisances et aux violences !

https://www.change.org/p/mairie-du-xe-arrondissement-de-paris-rue-gustave-goublier-et-faubourg-saint-martin-stop-aux-nuisances-et-aux-violences?signed=true

Troubles DU FAUBOURG SAINT-MARTIN a lancé cette pétition adressée à Mairie du Xe arrondissement de Paris

Nous sommes des habitants de la rue Gustave Goublier et du bas du Faubourg Saint-Martin. Nous avons constaté, depuis quelques années, la dégradation des conditions de vie et de sécurité autour d’un point de fixation : le porche situé à la jonction des deux rues ainsi que l’espace alentour. Le quotidien y est devenu insupportable au point que de nombreux habitants – en premier lieu des femmes seules exaspérées par les violences et le harcèlement – ont quitté leur logement pour aller vivre ailleurs. Certains commerces ont dû fermer et ne peuvent plus rouvrir.

À plusieurs reprises, la mairie de l’arrondissement a rejeté l’essentiel des responsabilités sur la police nationale dépendant de la Préfecture de Police. Elle a assuré que le problème venait de la présence de certains bars et restaurants. Pourtant, malgré leur fermeture depuis plusieurs mois en raison du confinement puis du couvre-feu, les nuisances et les violences continuent. Ces derniers jours, un couple avec un bébé de neuf mois a encore été menacé, en plein jour, par un individu muni d’un couteau.

Cette situation n’est ni digne, ni vivable, et nous la refusons. Les élus de la République doivent prendre leurs responsabilités, écouter le désarroi des habitants et apporter des solutions en termes de sécurité et de salubrité pour ce lieu fonctionnant désormais en dehors des règles fondamentales de la vie en commun. Le constat est connu depuis longtemps. Nous n’acceptons plus que l’on ferme les yeux comme si le problème n’existait pas ou qu’il relevait toujours de la compétence des autres. Nous attendons des engagements précis et surtout des actions concrètes et efficaces.

Ce que nous ne voulons plus

Un rapide inventaire des salons de coiffure africaine dans les rues Blondel, Sainte Apolline, Saint-Martin,  Meslay,  du Vertbois et Notre-Dame de Nazareth donne les résultats suivants:

18 salons de coiffure africaine installés depuis plus de cinq ans dans les trois premières rues mentionnées, c’est beaucoup trop ! Avec de trop nombreux changements de noms de sociétés (nous en comptons 7 soit un turn over de près de 40%), ce qui équivaut à des démarches d’évitement des gérants confrontés à des sanctions comme les fermetures administratives pour non respect de la loi. En changeant de société, ils évitent de payer les amendes à l’URSSAF (ce qui équivaut à de la traite d’êtres humains) et aux impôts (TVA et sur chiffre d’affaires) et n’ont même pas à fermer leurs commerces totalement illégaux.

Deux sont toutefois fermés depuis quelques mois et nous aimerions bien que ce soit définitif ! Mais de nouveaux essaiment constamment rues Meslay, du Vertbois, Notre-Dame de Nazareth et sur le boulevard Saint-Martin.

Salons de coiffure africaine

Rue Sainte Apolline :

Marfoso barber shop 3 rue Sainte Apolline

ouvert de 9h à 20h tous les jours y compris les jours fériés

Salon Diosse, 6 rue Sainte Apolline, devenu Tête beauté,

ouvert de 9h à 24h tous les jours de la semaine

Rue Blondel :

Atelier du glamour, 3 rue Blondel fermé 6 mois et rouvert comme salon de coiffure africaine depuis la rentrée 2018 : Sylvie Art Haircut

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

TM Fils Beauty, 5 rue Blondel devenu sans enseigne depuis janvier 2016 et fermé depuis janvier 2017

7ème dimension tresses 6 rue Blondel devenu Star Boyz coiffure

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

10 rue Blondel salon sans enseigne ouvert depuis août 2017

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Rue Saint-Martin

El Jimata, 355 rue Saint- Martin devenu Fifame depuis juin 2017 et Shalom Beauté depuis la rentrée 2018 et de nouveau El Jimata en 2020 après deux redressements judiciaires !

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

 

MT Beauté au 328 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Mimi Beauté au 328 rue Saint-Martin devenu Mijoli

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Coiffure mixte au 332 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Rue Meslay :

Maison Glory au 18 rue Meslay

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Rue du Vertbois

Blackwood Beauty Locks

76 rue du Vertbois

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Rue Notre -Dame de Nazareth

Esprit beauté

56 rue Notre-Dame de Nazareth

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Boutiques de cosmétiques africains

Rue Sainte Apolline :

Mackson Beauty Saloon 1 rue Sainte Apolline et 357 rue Saint-Martin

ouvert de 9h à 24h tous les jours y compris les jours fériés

Paola tresses remplacé par Axiang onglerie 6 rue Sainte Apolline

Rue Saint-Martin

Janet collection, 355 rue Saint-Martin

Unique + Paris, 328 rue Saint-Martin

Rue Meslay :

Mixstyle au 37 rue Meslay

Restaurants africains

Rue Sainte Apolline

Magic Afrique devenu Alocodrome 7 rue Sainte Apolline et devenu à la rentrée 2018: Attieke ivoire

Rue Blondel

Le Djoliba au 1 et au 6 rue Blondel

URGENT ! Locaux et baux commerciaux vacants dans nos rues

Il serait fort regrettable que les locaux commerciaux vacants dans l’une ou l’autre de nos rues ne soient accaparés encore par les gérants qui pratiquent la mono-activité.

Nous demandons instamment aux services de la Mairie de Paris Centre de se mobiliser pour proposer des locataires qui respectent les lois, ne causent pas de nuisances au voisinage, garantissent l’aspect multiculturel et développent le commerce de proximité.

Rue Sainte Apolline

5 rue Sainte Apolline

Bail à céder

surface : 30 m2

loyer: 2000 Euros hc/mois

Locataire:  nom et coordonnées à disposition, écrire contact@renaissanceartsetmetiers.org

06 58 50 77 80

06 16 83 48 84

Propriétaire:

SCI F.S.C.

(nom et coordonnées à disposition, écrire contact@renaissanceartsetmetiers.org)

 

16 rue Sainte Apolline

Agent immobilier: GTF bureaux&commerces, www.gtf.fr, 01 48 00 88 82

https://www.vaneau-immobilier-entreprise.fr/nos-annonces/23523-location-commerces-paris-75002-138m2.html

Ref. 23523

PARIS – 138 m2

A l’angle de la rue Saint Denis / Rue Sainte Apolline, GTF bureaux&commerces propose à la location, une boutique avec arrière boutique et des bureaux au 1er étage.

Tableau des surfaces

Étage

Type

Surface

Date disponibilité

Loyer /m²/an HT HC

Charges /m²/an HT HC

1

Locaux commerciaux

63 m2

Immédiate

326 €

9 €

RDC

Commerces

53 m2

Immédiate

326 €

9 €

-1

Archives

22 m2

Immédiate

326 €

9 €

Prestations

  1. Activités autorisées : toutes sauf restauration
    – Escalier intérieur reliant les deux niveaux
    – Caves en sous-sol
    – Rideau de fer électrique
    – Accès sécurisé (Digicode/Alarme)

Conditions financières

Loyer annuel HT HC : 45 000 €
Charges annuelles HT : 1 201 €
Taxe Bureaux au m² : 0 €
Dépôt de garantie : 3 mois de loyer HT HC
Honoraires : 30% HT du loyer annuel en sus
Montant de la cession : 0 €

Conditions juridiques

Type d’indexation : Indice des Loyers des Activités Tertiaires
Type de Bail : 3/6/9 ans
Régime fiscal : Exonéré
Modalités : Loyer payable par trimestre et d’avance

Rue Blondel

3 rue Blondel

(anciennement Galerie Melkart)

RDC : 55 m2 et local rangement en sous-sol  : 55 m2

Nombre d’entrée possible : 1

Loyer : 2000 Euros HC/AN

Pas de porte, droit au Bail, Fond de commerce :

Type de Bail envisagé : Bail commercial classique 3/6/9

sauf restauration (chaude et froide)

Agence :

D.U.OPTION IMMOBILIER

17 rue de Poitou
75003 Paris

01 42 78 12 32

Jordan NAKACHE

+33 6 58 60 75 63
jordan@duoption-immobilier.com

 

5 rue Blondel

(anciennement salon de coiffure TM Fils Beauté)

AGENCE DUOPTION IMMOBILIER – PARIS 3e

http://www.duoption-immobilier.com/fr/recherche/vente-boutique-4-pieces-paris-3eme-arts-et-metiers-75003

Boutique en vente
Ref. 4322098

Surface :270 m²

Prix : 2 520 000 €

Boutique sur rue d’une surface d’environ 270m² (150m² au RDC + 120m² au Sous-sol).
Superbe façade linéaire de près de 12m. Belle hauteur sous plafond. 2 Points d’eau et 3 WC.
Pièces 4 pièces

Surface 270 m²

Etat Bon état

Etage Rez-de-chaussée

Informations légales

  • 2 400 000 € honoraires exclus

  • Honoraires de 5 % TTC à charge acquéreur

  • Honoraires à charge acquéreur120 000 €

  • Pas de procédure en cours

Jordan NAKACHE

+33 6 58 60 75 63
jordan@duoption-immobilier.com

Rue Saint-Martin

345 rue Saint-Martin

(anciennement Alpro)

45 m2 de boutique + 80 m3 de réserve sur cour

loyer 800 Euros prix de cession : 180 000 Euros

Agence Le Boutiquier : 01 88 32 17 77

M. Gabriel Nataf : 06 35 22 83 72

347 rue Saint-Martin

Agent immobilier : Point de vente, 01 40 60 99 99

https://www.pointdevente.fr/

https://www.pointdevente.fr/fr/location-pure/paris/reaumur/p_61566

Description

Le groupe POINT DE VENTE vous propose à proximité du métro Arts et Métiers : un commerce idéal pour Restauration sans nuisance ou alimentaire d’une surface totale de 20 m² – Au rez de chaussée, une surface de 20 m², avec point d’eau, WC.

  • Restauration rapide possible

Loyer 2600 Euros hc/mois

Surface

Façade 3m

Totale 28m²

RDC 28m²

Environnement

Métro: Arts et Métiers

Quartier: Reaumur

Emplacement : Rue commercante Flux pietons importants Axe voiture important Zone de bureaux

Conditions financières

Loyer hc 2 600 € /mois

Charges A définir

Honoraires 16 497 € HT

Rue Meslay

27 rue Meslay

Surface RdC: 40 m2

Façade: 4 m

Prix de cession de bail: 50 000 Euros

Date d’effet du bail: 14/03/2014

Type de bail: 3/6/9 ans

Dépôt de garantie: 3 mois

Loyer HC HT: 15 000 Euros par an

Restauration possible

CJM Conseil, 06 98 91 46 38, www.cjmconseil.fr

33 rue Meslay

(anciennement Eclat de Pagne)

Point de vente immobilier 01 40 60 99 99

https://www.pointdevente.fr/

https://www.pointdevente.fr/fr/location-pure/paris/reaumur/p_71457

Le groupe POINT DE VENTE vous propose dans le quartier de Réaumur un commerce d’une surface totale de 80 m² : Au rez-de-chaussée, une surface de 44 m². Au sous-sol, une surface de 36 m². L’emplacement est idéal pour PRÊT A PORTER – AGENCE IMMOBILIÈRE – OPTICIEN….

Loyer : 2 750 € hc/mois

Surface

Façade 5m

Totale 80m²

RDC 44m²

Sous-sol 36m²

Environnement

métro TEMPLE

Quartier: REAUMUR

Emplacement : Rue commercante Zone residentiel

Conditions financières

Loyer hc2 750 € /mois

Charges100 € /mois

Honoraires9 900 € HT

Rue du Vertbois

56, rue du Vertbois

E-mail: rdv@rueduvertbois.com, 06 60 65 12 34

61, rue du Vertbois

anciennement “Dochka by grade”

06 98 18 78 01

62, rue du Vertbois 

Agent immobilier: Altim, 01 40 64 70 00

Boulevard de Sébastopol

113, bd de Sépastopol

anciennement “Sunlight”

Agent immobilier: Confrerimmo, 07 82 22 01 49

Rue Saint-Denis

Numéros pairs

192 rue Saint-Denis

A louer

District immobilier

06 14 62 70 92

 

194 rue Saint-Denis

local 900 m2

A céder

06 63 84 06 26

 

200 rue Saint-Denis

A louer

06 14 62 70 92

214 rue Saint-Denis

JSB

A louer

01 40 13 06 32

JSB immobilier

13 Rue Poissonnière, 75002 Paris

https://www.jsbimmo.com/

https://www.jsbimmo.com/commerces/a-louer/1

218 rue Saint-Denis

A vendre/à louer

https://www.avendrealouer.fr/

06 15 55 41 98

224 rue Saint-Denis

Bail à céder

RdC 180 m2

S-sol : 120 M2 + 45 m2

07 64 56 85 43

 

Numéros impairs

249 rue Saint-Denis

Local à louer

Pignon sur rue

01 85 08 08 35

https://www.pignonsurue.fr/contact/

Pignon Sur Rue

1 rue Descombes

75017 Paris

Tél : 01 85 08 08 35

Email : contact@pignonsurue.f

https://www.pignonsurue.fr/vente-location-immobilier-commercial-paris/

    1. Loyer : 5 000 € /mois HC HT

    • Surface : 150 m²

    • Réf : HB1-447

RUE SAINT-DENIS (75002 PARIS) : L’agence PIGNON SUR RUE vous propose un local commercial d’une superficie de 150m2, composé : d’une surface de vente au RDC de 50m2, d’un sous-sol d’une surface de 100m2, accessible de la boutique par un escalier intérieur. Ce bien est situé rue Saint-Denis , à proximité du métro STRASBOURG-SAINT DENIS. Tous commerces possibles. Possibilité de création d’extraction. Visitez notre site web : www.pignonsurue.fr

Descriptif detaillé

Longueur de façade : 5 m

Restauration rapide

Conduit de cheminée

Environnement

Emplacement : rue commerçante

Conditions financières

Dépôt de garantie : 30 000 €

Loyer : 5 000 € /mois HC HT

Charges : 1 800 €/an

 

257 rue Saint-Denis

Local à louer

Pignon sur rue

01 85 08 08 35

https://www.pignonsurue.fr/contact/

Pignon Sur Rue

1 rue Descombes

75017 Paris

Tél : 01 85 08 08 35

Email : contact@pignonsurue.f

https://www.pignonsurue.fr/vente-location-immobilier-commercial-paris/

Loyer : 3 200 € /mois HC HT

Surface : 40 m²

Réf : HB1-361

SENTIER / SAINT DENIS : L’agence PIGNON SUR RUE vous propose un local commercial d’une superficie de 40m2, composé : d’une surface de vente au RDC de 40m2. Ce bien est situé à proximité des métros Sentier (ligne 3) et Réaumur Sébastopol (ligne 3 & 4) et des enseignes Celio, Carrefour City, McDonald’s. Tous commerces possibles y compris restauration sans extraction.

Conditions financières

Honoraires : 12 000 € HT

Dépôt de garantie : 9 750 €

Loyer : 3 200 € /mois HC HT

Charges : 600 €/an

259 rue Saint-Denis

A louer

01 48 00 96 32

consult IM

https://www.consult-im.com/

Description du bien

Métro Sentier, dans un immeuble situé en plein coeur du Sentier, à louer une boutique livrée entièrement rénovée de 49m² se composant
d’un rez-de-chaussée de 19m² et d’un sous-sol de 30m². Belle boutique en parfait état.
RESTAURATION FROIDE ACCEPTEE.
Bail 3/6/9ans ou dérogatoire.

Conditions financières

Charges : 25,00€ m²/an

291 rue Saint-Denis

Agent immobilier: WW, Walter Wainstock immobilier, 01 45 62 63 00, 06 62 72 64 38

5 Rue Treilhard, 75008 Paris

https://www.wwi.fr/

Surface

Premier étage: 35 m2

Rez-de-chaussée: 60 m2

Sous-sol: 20 m2

 

Aidez nous à mettre à jour cette liste de locaux commerciaux vacants s’il manque des infos sur le descriptif de certains locaux commerciaux, le montant des loyers demandés et les agences immobilières chargées de gérer ces baux.

Compte-rendu de la réunion au commissariat de Paris Centre

Date :

1 octobre 2020 à 10h30

Lieu :

Commissariat Paris Centre, 4-6 bis rue aux Ours 75003 PARIS.

Présents :

Julie Sevestre et son conjoint, adhérents ARQAM, 5 rue Sainte Apolline

Marc Hajjar, trésorier ARQAM, 324 rue Saint Martin

Olivier Roux, adhérent ARQAM, 359 rue Saint Martin

Christophe Sanh, adhérent ARQAM, 1 rue Blondel

Magali Szekula, gérante du Bo&Mie, 359 rue Saint Martin

Commissaire Divisionnaire Olivier Morges

Brigadier-Chef Sabrina Bieberstein, Mission de Prévention de Contact et d’Ecoute (7 fonctionnaires)

Major de Police Sandrine Auguste, adjointe au Bureau de Coordination Paris Centre.

  • Tour de table

La réunion a commencé par une présentation des interlocuteurs du commissariat qui ont rappelé l’importance de rencontrer tous les collectifs et associations de riverains au sujets des problèmes de sécurité. Un tour de table a été effectué, chacun s’est présenté et a évoqué la raison de sa présence à cette réunion.

Marc Hajjar : a commencé la discussion en rappelant l’historique de l’ARQAM, la raison de sa création en 2016, les mesures demandées par l’association, et les actions réalisées lorsque le commissaire Gorre et le major Couturier étaient en service. Notamment les contrôles URSSAF qui ont été vains puisque classés sans suite (le commissaire va revérifier ce qu’il s’est passé à l’époque), les rondes demandées pour disperser les rabatteurs, l’arrêté anti-alcool obtenu en 2018 qui est très peu appliqué (interdiction de consommation dans la rue entre 16h et 7h et de vente entre 21h et 7h), la caméra qui a été obtenue mais dont apparemment les images sont peu exploitées et dont l’emplacement ne permet vraisemblablement pas de voir l’entièreté des rues Sainte Apolline et Blondel, la clôture du parking de la Planchette obtenue par l’ARQAM de son propriétaire, un lieu qui était une toilette à ciel ouvert et réputé pour les trafics de drogue. Il a conclu en saluant les différentes actions menées mais en rappelant que ceci n’est finalement pas suffisant. Les derniers mois ont été particulièrement rudes de par le tapage, les intimidations et violences des rabatteurs qui sont quasi quotidiennes, et qu’il faut y remédier.

Olivier Roux : a rappelé qu’il habite le quartier depuis environ 20 ans, que l’atmosphère n’était pas la même à l’époque de son emménagement. Le quartier était très calme en soirée. Il y avait certes un peu de trafic, plutôt du côté de la rue Meslay et de l’impasse de la planchette, mais d’une façon assez discrète, et surtout en toute quiétude pour les habitants des rues Saint-Martin ou Sainte Apolline. Depuis une dizaine d’années et en particulier la piétonisation de la rue saint Apolline, les commerces du sentier ont disparu, la boutique de figurines manga du 3 rue Sainte Apolline aussi, remplacées par des coiffeurs. En parallèle, la rue a été envahie par des rabatteurs qui dès 16 heures l’après-midi, et de plus en plus tardivement le soir (en semaine environ minuit, les vendredi et samedi une heure du matin ou plus) hurlent et parfois mettent de la musique, ce que l’on entend dans les appartements malgré le double vitrage. En complément, les incivilités ne cessent d’augmenter : crachats, murs utilisés comme pissotière, réponse arrogante quand on demande de respecter la tranquillité du voisinage.

Magali Szekula : a rappelé l’agression que son employée a subie. L’un des rabatteurs a caché du shit dans une des poubelles de la boulangerie, il ne l’a pas retrouvé ensuite et s’en est pris à une employée en l’accusant de l’avoir volé puis en menaçant de l’attendre dehors. L’employée en question a pris peur et n’a pas osé porter plainte. Le commissaire précise qu’il est important qu’elle le fasse pour mener une enquête à bien et interpeller les agresseurs. Il est possible de déposer une pré-plainte en ligne et ensuite prendre RV et finaliser le dépôt de plainte avec Mme Bieberstein. Magali Szekula réfléchira à la question. Elle insiste sur le climat d’insécurité et les désagréments des rabatteurs en journée (boulangerie fermée le soir). La boulangerie pourra porter plainte lorsqu’il y a dégradation du matériel (notamment tags).

Julie Sevestre et son conjoint : ont rappelé l’ambiance délétère déjà évoquée lors de la réunion avec la Mairie (cf. CR réunion ARQAM-Mairie Paris Centre du 11/09/2020), en insistant sur la dégradation forte de ces dernières semaines. Ils ont notamment évoqué le fait que lors de leur installation il y a 10 ans, les problèmes (trafics, présence de SDF…) existaient déjà mais étaient moins visibles car se passaient dans les cours d’immeuble comme notamment au 5 Sainte Apolline, et que depuis les fermetures d’accès de ces immeubles, cela s’est déporté de façon plus importante dans la rue. Julie Sevestre a également parlé du fait que les appels au 17 peuvent être inefficaces, il lui est déjà arrivé qu’un fonctionnaire lui raccroche au nez ; le commissaire demande des précisions pour investiguer ce cas. Ils remarquent que de plus en plus les rabatteurs se sentent intouchables, tout puissants, faisant de la rue leur domaine, intimidant les riverains qui rentrent chez eux en circulant sur les trottoirs, voire ont déjà émis des propos racistes en lançant à une personne arrivant dans l’immeuble qu’elle n’a pas à être ici car blanche. Son conjoint précise à nouveau que la tension étant devenue insupportable et les problèmes ne se réglant toujours pas, certains riverains seraient tentés d’en découdre directement avec les rabatteurs, ce qui déclencherait des événements graves.

Christophe Sanh : rappelle qu’il est installé au 1 rue Blondel depuis 2 ans environ. La situation devenue intenable surtout depuis la naissance de son nourrisson de trois mois car les horaires de coucher sont maintenant autour de 21h-22h au moment où l’activité est la plus intense dans la rue. De plus, une partie des rabatteurs se situant à l’angle rue Blondel/rue Saint-Martin, cela résonne très fort sur la rue Blondel qui est très étroite et fait donc écho. Par ailleurs, il a fait remarquer qu’il avait contacté une fois le 17 pour nuisance sonore et consommation d’alcool sur la voie publique d’une dizaine de rabatteurs, la police est intervenue mais les rabatteurs avaient rangé leurs bières suite à l’avertissement par sirène de l’intervention. La police ne les a pas dispersés et les nuisances ont continué.

Les rabatteurs urinent également le long de l’immeuble. La source du problème vient probablement du Lycamobile au 355 rue Sain-Martin et de la vente de boissons alcoolisées à toute heure.

En somme, les riverains et membres de l’ARQAM présents expriment au commissaire leur désarroi et leur exaspération face à la situation qui dure depuis trop d’années et qui s’est manifestement dégradée de façon importante notamment depuis le déconfinement.

  • Propositions du Commissaire

Le Commissaire a présenté ses points d’action vis-à-vis des différents questionnements :

  • Il souhaite rappeler tout d’abord qu’il se tient de notre coté et ne souhaite pas nous laisser tomber.
  • Les contrôles Urssaf ne peuvent donner grand-chose en ce moment, notamment car l’Urssaf ne réalisait plus d’actions en ce sens pendant le confinement. Le commissaire pense que cela pourra reprendre à moyen terme, mais rappelle qu’une action efficace sur l’ensemble des boutiques du quartier nécessiterait un concours de la force publique avec de tels effectifs impossibles à mobiliser d’un coup. Mais il garde cette option pour plus tard.
  • Les contrôles sanitaires sont la meilleure action rapide en ce moment : amendes pour non port du masque dans l’espace public et amendes pour non-respect des règles sanitaires dans les établissements recevant du public. 40 contraventions ont été réalisées dans les deux dernières semaines.
  • Il estime que la préemption des locaux commerciaux reste la meilleure solution à ce jour et nous enjoint à insister auprès de la mairie de Paris Centre, tout en précisant que le nouveau maire Ariel Weil est sensible aux problématiques de sécurité et de mono-activité dans les quartiers. Il nous assure être en étroite relation de son côté avec les équipes municipales et les réunions régulières évoquent entre autres les problèmes de notre quartier
  • Il vérifiera les angles de vue de la caméra de surveillance
  • Il essaie de trouver un moyen de faire fermer la boutique Lycamobile au 355 rue Saint-Martin pour fraudes à l’URSSAF et/ou de leur retirer la licence IV.
  • Le commissariat va étudier la possibilité de faire des patrouilles plus tardives (vers minuit), pour qu’elles soient plus efficaces

Enfin il nous propose de refaire un point avec lui en janvier 2021.

Après le départ du Commissaire, nous avons évoqué la communication entre l’ARQAM, les résidents et Mme Bieberstein :

  • Fréquence des points d’étape, à définir en fonction des disponibilités de Mme Bieberstein, qui est notre interlocutrice privilégiée.
  • Envoi de mains courantes hebdomadaires par courriel avec photos et vidéos si possible : ce que fait déjà Michel Arnaud
  • Envoi de preuves (photos, vidéos…), uniquement possible par courriel ou sinon par clé usb si trop volumineux, pour cause de blocages informatiques au niveau du ministère de l’Intérieur.

L’ARQAM reviendra vers Mme Bieberstein pour préciser l’organisation à mettre en place.

  • Propositions post réunion :
  • Un groupe whatsapp a été créé pour se partager les photos et vidéos, se prévenir en cas d’incident, et pour toute autre action de coordination comme les appels au 17. Les personnes souhaitant en faire partie peuvent en faire par à contact@renaissanceartsetmetiers.org
  • Il a été proposé de fédérer à nouveau les résidents, et relancer les actions de l’ARQAM notamment vis-à-vis de la Mairie
  • L’ARQAM devrait reprendre rendez-vous avec les équipes municipales pour faire avancer plusieurs choses : les possibilités de préemption, les recommandations de locataires pour les baux, mise en place d’aménagements (budget participatif…)
  • L’ARQAM devrait suivre étroitement les actions réalisées par le commissariat : contrôles sanitaires, horaires des patrouilles, suivi pour les actions ultérieures avec les contrôles URSSAF des gérants délictueux et les contrôles fiscaux des propriétaires des locaux commerciaux loués à ces gérants.

Une caméra de vidéoprotection a été installée en juillet 2020 sur la rue Saint-Martin au coin des rues Meslay et Sainte Apolline

L’ARQAM a demandé au Maire du 3ème arrondissement par un mail du 14 juillet 2016 l’installation d’une caméra de vidéoprotection dans la rue Saint-Martin au coin des rues Sainte Apolline et Meslay. Un vote pour l’installation de cette caméra a eu lieu le 24 octobre 2016 en conseil d’arrondissement du 3ème. Finalement à notre grande satisfaction cette caméra a été installée près de l’arrêt du bus 38 au milieu de la rue Saint-Martin et fonctionne en liaison avec le 17.

Une autre caméra sera nécessaire face à la rue Blondel.

Compte-rendu de la réunion à la mairie de Paris Centre visant à présenter aux élus et au cabinet du Maire les demandes de l’ARQAM (association pour la renaissance du quartier Arts et Métiers)

11 septembre 2020 à 9h

salle polyvalente 4ème étage

Présents :

Dorine BREGMAN, élue chargée des commerces

Yann CONNAN, conseiller au cabinet du Maire

Florent GIRY, élu chargé des mobilités

Boris JAMET-FOURNIER, élu chargé des budgets participatifs et des conseils de quartier

Véronique LEVIEUX, élue déléguée de Paris Centre chargée de la tranquillité publique

Wenya CHEN, adhérent ARQAM, 62 rue Meslay

Edith IBERT, adhérente ARQAM, 341 rue Saint-Martin

Julie SEVESTRE et son conjoint, adhérents ARQAM, 5 rue Sainte Apolline

Excusée : Annabelle IMBERT, directrice de cabinet adjointe

Les membres du cabinet du Maire ont rappelé dans un premier temps ce qui avait déjà été mis en place : l’arrêté préfectoral du 9 octobre 2018 interdisant non pas les regroupements mais la consommation d’alcool sur la voie publique de 16h à 7h du matin dans le périmètre entre le boulevard de Sébastopol, la rue Papin, la rue Saint-Martin et le boulevard Saint-Denis y compris l’impasse de la planchette, ainsi que l’installation en juillet 2020 d’une caméra de vidéosurveillance par la Préfecture de police rue Saint-Martin à côté de l’arrêt des bus en face des rues Meslay et Sainte Apolline.

Ceci étant dit, Julie SEVESTRE n’a pas manqué de signaler que la vie dans notre quartier s’était pourtant dégradée, malgré l’arrivée de nouveaux commerces, et que la police ne faisait pas du tout son travail. 

Elle a rappelé ce qui suit, du fait de la présence permanente des rabatteurs : 

—> Dégradations quotidiennes dans la rue, saletés jetées au sol  

—> Attroupements alcoolisés de plus en plus conséquents (pouvant aller jusqu’à 30 personnes juste dans la rue Sainte Apolline)

—> Installation de chaises et tabourets pour s’asseoir dans la rue 

—> Toilettes ouvertes puisqu’ils urinent à longueur de journée, braguette ouverte, notamment entre le 4 rue Sainte Apolline et la Boulangerie Bo&Mie

—> Non respect des distances de sécurité et du port du masque 

—> Agressivité : bousculades dès lors qu’on souhaite accéder au trottoir pour passer, drague lourde et insultes 

—> Tapage nocturne : musique et conversations très fortes pouvant aller de 16h au petit matin 

—> Sans compter les bagarres et règlements de comptes à toute heure.

Tout cela amenant tout le quartier à crier à leurs fenêtres pour faire cesser le bruit. A juste titre le conjoint de Julie SEVESTRE a fait remarquer que cela n’allait pas tarder à être un engrenage si le plupart des voisins commençait à régler leurs comptes eux mêmes. 

Wenya CHEN, gérant du restaurant japonais Fuugaya quant à lui, a fait remonter les faits suivants : le 2 septembre en fin d’après-midi, installation des rabatteurs sur les tables en extérieur de son restaurant (avec leurs propres repas), agressivité pour obtenir des tire-bouchons et des verres, attroupement devant son commerce et la police qui ne se déplace pas malgré ses appels. 

Edith IBERT a aussi évoqué le problème du Franprix et du banc juste à côté sur lequel les rabatteurs s’installent pour boire. 

Par ailleurs, Julie SEVESTRE a aussi bien insisté sur le problème des gérants des boutiques qui, pour éviter la fermeture administrative suite à leurs condamnations pour fraude à l’URSSAF, créent une nouvelle société dans l’intervalle avant la mise en application de la fermeture, changent le gérant avec un prête-nom et justifient leur démarche par la nécessité de faire des travaux, échappant ainsi à la fermeture administrative. C’est le cas notamment de la boutique du 5 rue Sainte Apolline : Adonai hair cosmetics, devenue Angola Cosmetics mais aussi de celle du 6 rue Sainte Apolline : Salon Diosse devenue Tête beauté, de celle du 3 rue Blondel : Atelier du glamour,remplacée par Sylvie Art Haircut, de celle du 6 rue Blondel :7ème dimension tresses devenue Star Boyz coiffure sans compter le 10 rue Blondel qui n’a jamais eu d’enseigne depuis 3 ans et fonctionne en bail précaire. Il faut mentionner aussi la boutique du 355 rue Saint-Martin initialement El Jimata devenue Fifame puis Shalom beauté et enfin de nouveau El Jimata (!), celle du 328 rue Saint-Martin : Mimi Beauté devenue Mijoli.

Face à tous ces problèmes, il a été convenu ce qui suit : 

—> Pression auprès du commissariat Centre 4bis-6 rue aux Ours 75003 Paris pour davantage de rondes et de vraies sanctions

—> Essayer d’obtenir du commissariat un compte rendu de leurs interventions

—> Installation de plaques indiquant un quartier sous surveillance avec présence de caméra 

—> Tripler l‘intervention de l’équipe de nettoyage 

—> Suppression du banc devant le 339 rue Saint-Martin 

—> Pression auprès des organismes type Urssaf pour sanctionner les boutiques délictueuses 

—> Sanction de la boutique LycaMobile au 355 rue Saint-Martinqui vend de l’alcool à longueur de journée aux rabatteurs (demande de suppression de sa licence IV)

—> Mise en place dans le cadre de notre projet participatif « Pour que revive la rue Saint-Martin » :https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/jsp/site/Portal.jsp?document_id=3436&portlet_id=158

d”aménagements pouvant limiter les regroupements des rabatteurs

—> Proposition des élus de venir se rendre compte eux-même lors d’une visite de quartier prochainement

Commentaire de Julie SEVESTRE à destination des adhérents et sympathisants de l’ARQAM :

Malgré la bonne volonté et l’écoute de nos interlocuteurs, je ne vous cache pas être assez inquiète et avoir du mal à croire en leurs promesses, car tant que les rabatteurs n’auront peur de rien, et se sentiront sur leur territoire (et je reprends leur mot) sans être inquiétés, tout cela continuera, J’ai l’impression que seul un drame peut faire bouger les autorités et la police. 

J’espère ne rien avoir oublié et je croise les doigts pour que tout bouge enfin de manière significative. Je propose d’ici là que tout le monde se mobilise pour harceler le commissariat de plaintes et mains courantes, que chacun note le jour et l’heure et que ce soit tellement insupportable pour eux qu’ils finissent par se bouger 🙂

NB : je voudrais ajouter l’information suivante : en vue de justifier la prise d’un arrêté anti-attroupement par la Préfecture de police, le président de l’ARQAM dépose chaque semaine depuis mi juillet une main courante au commissariat en mentionnant jours et heures correspondant aux rassemblements les plus nombreux avec photos à l’appui de la semaine écoulée. Il est possible d’ajouter vos photos à cette main courante hebdomadaire en multipliant ainsi les angles et les témoignages sur ce phénomène qui nous dérange tant , en les envoyant à contact@renaissanceartsetmetiers.org

Pour mieux connaître l’ARQAM vous pouvez visiter notre site: https://renaissanceartsetmetiers.org/

Notre demande d’un bras d’extension sur la caméra de vidéoprotection installée près de l’arrêt du bus 38 dans la rue Saint-Martin

Les rabatteurs et migrants se réfugient de plus en plus devant les devantures des boutiques de l’ immeuble au 1 et 3 rue Sainte Apolline car ils ont compris que c’était un angle mort de la caméra de vidéoprotection nouvellement installée rue Saint-Martin près de l’arrêt du bus 38. En effet la caméra ne permet de voir que le 2 rue Sainte Apolline et rien d’autre plus avant dans la rue et rien du côté des numéros impairs en commençant par l’immeuble qui fait le coin de la rue.

La demande de l’ARQAM est d’ajouter un bras d’extension d’un à deux mètres sur le poteau pour déplacer la caméra de sorte qu’elle puisse prendre en enfilade la rue Sainte Apolline aussi bien que la rue Meslay.

L’ARQAM demande que la Mairie de Paris Centre se positionne en faveur de cette amélioration de la surveillance des rues Sainte Apolline et Meslay et qu’elle transmette cette demande avec avis favorable à la Préfecture de police de Paris pour qu’une étude technique soit menée en réponse à notre demande, qu’un budget de modification du bras soit établi et que la Préfecture de police finance l’installation de ce bras d’extension afin d’améliorer la surveillance des rues Sainte Apolline et Meslay.

Notre demande de suppression des licences III et IV accordées à la boutique Lycamobile au 355 rue Saint-Martin

L’ARQAM constate depuis de trop nombreuses années les attroupements des rabatteurs venus acheter de l’alcool dans la boutique Lycamobile au 355 rue Saint-Martin 75003 Paris et qu’ils consomment ensuite debout dans la rue au mépris de l’arrêté du 8 octobre 2018 qui en interdit la consommation dans cette rue de 16h à 7h du matin et à portée de vue de la caméra de vidéoprotection installée en juillet 2020 près de l’arrêt du bus 38.

Ces rabatteurs saouls, bruyants et dangereux finissent par obstruer le passage sur le trottoir en empêchant les passants d’avancer et en mettant leur santé en danger puisqu’ils ne portent jamais de masques au mépris du communiqué de presse du 27 août 2020 du Préfet de police qui l’impose dans toutes les rues de Paris.

Devant cette situation et puisque la police ne sévit pas du tout, l’ARQAM demande que la boutique LycaMobile au 355 rue Saint-Martin qui vend de l’alcool à longueur de journée (de 10h à 21h) aux rabatteurs soit sanctionnée et que ses licences III et IV soient supprimées.

Nos conseils concernant le contrôle du bruit du moteur d’une hotte aspirante dans votre immeuble

Les copropriétaires ou locataires habitant au premier ou au deuxième étage d’un immeuble peuvent être importunés par le bruit du moteur de la hotte aspirante du local commercial de bouche se trouvant au rez-de-chaussée (restaurant, boulangerie ou autre) et placée au niveau du premier étage. Le niveau sonore peut facilement atteindre 60db et peut se produire à partir du moment où le moteur est activé soit très tôt le matin jusque tard le soir.

Il y deux manières d’installer le moteur pour extraire les fumées, soit sur la hotte elle-même soit au bout de l’extracteur obligatoire c’est-à-dire sur le toit. Dans ce dernier cas les fumées sont aspirées depuis le toit et non pas poussées depuis la hotte.

Si les copropriétaires ou locataires constatent une nuisance sonore persistante et la non volonté du gérant du local commercial de déplacer le moteur de la hotte aspirante sur le toit, l’ARQAM leur conseille d’envoyer un mail et de déposer une plainte au bureau des actions contre les nuisances professionnelles de la ville de Paris avec le formulaire suivant.

Signaler une incivilité du quotidien

Pétition pour la réhabilitation du boulevard de Strasbourg et du quartier Château d’Eau, Paris Xè

http://chng.it/4hbSds2KwQ

PETITION ADRESSEE A :
Anne Hidalgo, Maire de Paris
Anne Souyris, Adjointe à la Maire de Paris chargée de la Santé, Conseillère déléguée à la Santé dans le 10ème arrondissement
Alexandra Cordebard, Maire du 10ème Arrondissement
Benjamin Griveaux, Député de la cinquième circonscription
Rémi Féraud, Sénateur de Paris, Conseiller de Paris, ancien Maire du 10ème arrondissement
Didier Lallement, Préfet de Police
Rachel Abreu, Commissaire du 10ème arrondissement
Michel Cadot, Préfet de Paris
Aurélien Rousseau, Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France
 
PERIMETRE CONCERNE PAR LA PETITION :
– le boulevard de Strasbourg
– le boulevard Saint-Denis
– le Passage du Prado
– la rue de Metz
– le passage de l’industrie
– la rue Gustave Goublier
– le passage Brady
– la rue Chateau d’Eau (du 45 au 78)
– le Passage du désir
– la rue Jarry
– la rue de la Fidélité
– la rue Sibour
– la rue Saint Laurent
– la rue du Faubourg Saint-Martin (du 1 au 101)
– la rue du Faubourg Saint-Denis (du 1 au 112)

 
 
Mesdames, Messieurs,

En dix ans, le boulevard de Strasbourg et le quartier Château d’Eau se sont considérablement dégradés.
Afin de vous aider à prendre conscience de l’état de ce quartier, les habitants, commerçants et sympathisants du quartier dressent un constat en 10 points. Ils proposent quelques solutions afin que l’ensemble des pouvoirs publics puisse, à présent, agir de manière coordonnée pour cesser la dégradation de ce quartier. 

Cette pétition est l’action d’habitants, commerçants et sympathisants du quartier qui se mobilisent pour améliorer leurs conditions et cadre de vie et pour que tous les commerces du quartier respectent les lois, l’espace public et la société, afin de mieux vivre ensemble.

 
1.  DIVERSITE COMMERCIALE DU QUARTIER

Depuis plusieurs années, les salons de coiffure, ongleries, commerces de produits cosmétiques et épiceries “exotiques” ont remplacé tous les commerces du quartier (photocopie, boulangerie, fleuristes, textile…).  Dès qu’un salon de coiffure, onglerie, commerce de produits cosmétiques ou épicerie “exotique” ferme, un autre réapparait aussitôt !

Ces activités commerciales se doublent généralement de traite d’êtres humains. Le personnel travaillant dans ces établissements étant souvent exploité : travailleurs clandestins, travail dissimulé, paies misérables, conditions d’hygiène désastreuses… Tout cela dans la capitale du pays des droits de l’homme !!

De nouvelles tendances de mono activités se développent dans le quartier : les opticiens, la téléphonie et les bars & restaurants.

Enfin, les espaces commerciaux vides (exemples 67 bd de Strasbourg, 71 bd de Strasbourg…) ont énormément de difficultés à se louer. Ils sont vides depuis des mois ! Qui aurait envie d’ouvrir un commerce dans un tel quartier ?


 
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
–     de lutter contre la mono-activité commerciale du boulevard et des rues adjacentes, en permettant à la Mairie de Paris de faire valoir activement son droit de préemption sur les baux commerciaux et en donnant les moyens à la SEMAEST de mener des opérations d’envergure d’acquisition de locaux dans ce quartier

–     de diversifier l’offre commerciale et de services pour réponde aux besoins des habitants
–     de publier un arrêté préservant la diversité commerciale du quartier
–     de soumettre l’ouverture d’un commerce dans le quartier à une autorisation municipale, afin d’assurer une diversité commerciale et de services
–     de lutter activement contre la division des lots commerciaux du quartier
–     d’inciter des enseignes biologiques, écologiques, éthiques… à s’installer sur le boulevard, pour en faire le “boulevard du bio”. Inviter une crèche privée à s’y installer, un réparateur/vendeur/loueur de vélo…

–     de contrôler l’activité commerciales du quartier, en veillant notamment au respect des lois du commerce, du travail, fiscales, d’hygiène…

–     d’intensifier les contrôles de l’Inspection du travail dans les salons de coiffures, ongleries et commerces de produits cosmétiques

–     de faire des contrôles fiscaux auprès des gérants et propriétaires de tous les établissements de salons de coiffures, ongleries, commerces de produits cosmétiques et épiceries “exotiques”
–     d’encadrer les loyer des commerces du quartier avec des loyer de référence à respecter
–     d’intensifier la présence des services sociaux de la Mairie pour accompagner le personnel travaillant dans ces établissements

–     de lutter activement contre le travail illégal et le trafic d’être humains dans le quartier
–     de responsabiliser les propriétaires des locaux commerciaux sur les risques d’activités de leurs locataires, pouvant les rendre complices de traite d’être humains, de travail illégal, de nuisances…

  1.  POLLUTION DE L’AIR PAR L’USAGE DE PRODUITS TOXIQUES 
    Les ongleries ouvrent sans autorisation administrative préalable, cette activité n’étant à ce jour pas réglementée en France !

Or l’activité des ongleries du quartier génère de nombreuses nuisances olfactives et est à l’origine de la détérioration de la qualité de l’air atmosphérique, auquel les passants sont exposés en se déplaçant devant ces établissements, et de l’air intérieur de ces commerces et des logements voisins.

Les enquêtes du Laboratoire Central de la Préfecture de Police (LCPP) effectuées à la suite de plaintes pour nuisances olfactives, gênes ou problèmes de santé, ont permis de mettre en évidence des concentrations importantes en composés organiques volatils, en particulier le méthacrylate de méthyle, le méthacrylate d’éthyle, l’acétate d’éthyle et l’acétate de butyle, pouvant atteindre 4 400 et 4 600 µg/m3 en méthacrylate de méthyle dans les chambres d’un logement, soit 84 et 88 fois la valeur de référence toxicologique fixée au Canada. (En savoir plus : http://lodel.irevues.inist.fr/pollution-atmospherique/index.php?id=4712
À l’heure actuelle, il n’existe en France et dans les pays européens ni valeur réglementaire, ni valeur toxicologique de référence pour les substances détectées. L’absence de valeur de référence en France pour ces produits chimiques dans l’air intérieur rend difficile la réglementation de cette activité et l’obligation de travaux pour les exploitants d’onglerie.
Le principe de précaution n’est même pas envisagé. Faudra-t-il attendre, comme pour l’amiante, que nos enfants, les employés des ongleries, les riverains… développent des maladies chroniques dans quelques années pour que les pouvoirs publics s’intéressent au sujet ?

Les coiffeurs utilisent également des produits toxiques, non contrôlés, notamment pour les colorations.
 
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– de prendre conscience des risques auxquels peuvent être exposés la population à ce type d’activités émergentes dans le quartier !

– de fixer des valeurs toxicologiques de référence dans la ville ou le département 
– de publier un arrêté prévoyant la fermeture d’un salon lorsque les teneurs en méthacrylate de méthyle, méthacrylate d’éthyle, acétate d’éthyle, acétate de butyle, décaméthylcyclopentasiloxane (D5) ou acétone et autres composés organiques volatils sont supérieures aux valeurs fixées

–  de vérifier la conformité des aérations et ventilations des locaux commerciaux du quartier, avec éventuellement des tests fumigènes

–  de mesurer la qualité de l’air des commerces du quartier, notamment des salons de coiffures et ongleries

– d’exiger les fiches de données de sécurité des commerces du quartier, notamment des coiffures, ongleries et commerces de cosmétiques

– d’adopter les dispositions législatives nécessaires à la réglementation de la profession d’onglerie.
  
3.  RACOLAGE COMMERCIAL SUR LA VOIE PUBLIQUE 

Depuis des années, les salons de coiffure, ongleries, commerces de produits cosmétiques et épiceries “exotiques” sollicitent des rabatteurs pour dynamiser leurs activités commerciales.
L’activité de ces rabatteurs est intense sur les trottoirs du quartier, jusque dans les stations de métro (Strasbourg Saint-Denis, Château d’eau & Gare de l’Est) générant des troubles de l’ordre public : nuisances sonores, bagarres, agressions verbales & physiques…
Pourtant, un arrêté préfectoral du 26 juin 1933 interdit l’offre d’opérations commerciales et le racolage de clients sur la voie publique…

Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– d’appliquer et faire respecter la loi

– d’interdire et de faire cesser le racolage sur l’espace public
– de réglementer les horaires d’ouverture des commerces du boulevard, de la rue Chateau d’Eau et des rues adjacentes (excepté les Théâtres, Pharmacies et bars/restaurants) de 8 heures à 20 heures et la fermeture le dimanche et les jours fériés (1er janvier, dimanche et lundi de Pâques, 1er mai, 8 mai, jeudi de l’Ascension, lundi de Pentecôte, 14 juillet, 15 août, 1er novembre, 11 novembre, 25 décembre).

– de verbaliser les nuisances sonores

– de réduire l’espace des trottoirs en les débitumant pour relier les pieds d’arbres par des parterres plantés fleuris et protégés

– de supprimer les parking des vélos et motos du quartier qui servent le lieu de regroupement aux racoleurs

– d’installer sur le boulevard (au carrefour Château d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier
– de mettre en place une brigade spécialisée dans la traque des incivilités sur le boulevard et dans le quartier

– de mettre en place des événements culturels, sportifs, de loisirs, pour les enfants… à destination des riverains, afin de reprendre en main le territoire (par exemple organiser un marché hebdomadaire dédié à l’art ou l’artisanat sur les trottoirs du boulevard) 
 
4.  OCCUPATION DES TROTTOIRS 

Les salons de coiffure, ongleries, commerces de produits cosmétiques et épiceries “exotiques” occupent les trottoirs comme « salle d’attente » et « salons de discussion » de leurs établissements ou comme espace de livraison ou stockage, allant jusqu’à installer des chaises, donnant lieu à de nombreux attroupements sur les trottoirs, mettant de la musique…
Ceci génère de nombreux troubles de l’ordre public : nuisances sonores, difficultés de circulation sur les trottoirs pour les piétons, agressions, bagarres…
Ces commerces n’ayant pas de limites d’horaires d’ouvertures, ces nuisances perdurent jusque tard dans la nuit.

Pourtant, la loi interdit les comportements de nature à troubler l’ordre, la tranquillité publique ainsi que la liberté et la commodité de la circulation.
 
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– d’appliquer et faire respecter la loi

– d’interdire les rassemblements sur le boulevard

– de réglementer les horaires d’ouverture des commerces du boulevard, de la rue Chateau d’Eau et des rues adjacentes (excepté les Théâtres, Pharmacies et bars/restaurants) de 8 heures à 20 heures et la fermeture le dimanche et les jours fériés (1er janvier, dimanche et lundi de Pâques, 1er mai, 8 mai, jeudi de l’Ascension, lundi de Pentecôte, 14 juillet, 15 août, 1er novembre, 11 novembre, 25 décembre). 

– de verbaliser les nuisances sonores et le tapage nocturne

– de réduire l’espace des trottoirs en les débitumant pour relier les pieds d’arbres par des parterres plantés fleuris et protégés

– de supprimer les parking des vélos et motos du quartier qui servent le lieu de regroupement aux clients des commerces

– d’installer sur le boulevard (au carrefour Chateau d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier
– de mettre en place une brigade spécialisée dans la traque des incivilités sur le boulevard et dans le quartier

– de mettre en place des événements culturels, sportifs, de loisirs, pour les enfants… à destination des riverains, afin de reprendre en main le territoire (par exemple organiser un marché hebdomadaire dédié à l’art ou l’artisanat sur les trottoirs du boulevard)
 
 
5.  ACTIVITE COMMERCIALE SUR LA VOIE PUBLIQUE 
Ces dernières années, le boulevard de Strasbourg a vu croître, tant sur les trottoirs que sur la chaussée, une activité très diversifiée de vente au déballage : boissons et nourritures en tout genre, mais également vêtements, maroquineries, chaussures et drogues !!
Pourtant, l’article R. 644-3 du Code pénal sanctionne le fait de vendre des marchandises dans les lieux public, sans autorisation ou déclaration régulière et l’article L. 442-8 du Code du commerce interdit à toute personne d’offrir à la vente des produits en utilisant le domaine public dans des conditions irrégulières.

En effet, l’exercice d’une activité commerciale sur le domaine public est soumis à l’obtention d’un permis de stationnement ou d’une permission de voirie, en application des articles L. 2213-6 et L. 2215-4 du Code général des collectivités territoriales.
 
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– d’appliquer et faire respecter la loi

d’interdire la vente au déballage sur l’espace public dans l’arrondissement
– de saisir systématiquement les marchandises et “matériel de vente” (caddies, sac…) des vendeurs à la sauvette

– de lutter contre la contrefaçon et faire cesser les trafics illicites
– de réduire l’espace des trottoirs en les débitumant pour relier les pieds d’arbres par des parterres plantés fleuris et protégés

– de supprimer les parking des vélos et motos du quartier qui servent d’étal et d’espace de repos aux vendeurs à la sauvette

– d’installer sur le boulevard (au carrefour Chateau d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier
– de mettre en place une brigade spécialisée dans la traque des incivilités sur le boulevard et dans le quartier

– de mettre en place des événements culturels, sportifs, de loisirs, pour les enfants… à destination des riverains, afin de reprendre en main le territoire (par exemple mettre en place un marché hebdomadaire dédié à l’art ou l’artisanat sur les trottoirs du boulevard)
 
6.  TRAFICS ILLICITES & PROSTITUTION

Le boulevard et le passage Prado sont des repères de trafic de drogue et de réseau de prostitution.
L’alcoolisme et les deals en pleine rue sont nombreux et quotidiens !
La prostitution se double généralement d’un trafic d’être humain, ces femmes étant généralement en situation irrégulière, sans papier…
Tout cela dans la capitale du pays des droits de l’homme !!
Ces activités ont d’autres conséquences sur la quiétude des riverains qui voient régulièrement les entrées de leurs immeubles délabrées et leurs halls ou cours d’immeubles squattés par ces activités !!

Ces activités génèrent de nombreux troubles de l’ordre public et insécurisent le quartier.
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– de verbaliser les nuisances sonores et le tapage nocturne
– d’empêcher les réseaux de trafiquants de s’approprier l’espace
– de lutter contre la prostitution et l’esclavage sexuel qui se déroule dans le quartier
– de veiller au démantèlement des réseaux de prostitution
– de lutter contre le trafic d’être humains

– d’installer sur le boulevard (au carrefour Chateau d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier
– de mettre en place des événements culturels, sportifs, de loisirs, pour les enfants… à destination des riverains, afin de reprendre en main le territoire (par exemple organiser un marché hebdomadaire dédié à l’art ou l’artisanat sur les trottoirs du boulevard)
  
7.  INSECURITE

Les activités des rabatteurs, vendeurs à la sauvette, dealers et la prostitution du quartier dégénèrent régulièrement en bagarres, agressions (verbales & physique) des passants…
Ces nombreuses nuisances de l’ordre public créent un sentiment général d’insécurité, tant auprès des riverains que des passants.

Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– d’agir contre les agressions et l’insécurité sur le boulevard
– d’installer sur le boulevard (au carrefour Chateau d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier
–  de mettre en place une brigade spécialisée dans la traque des incivilités sur le boulevard et dans le quartier

 
8.  PROPRETE 

Malgré le nettoyage quotidien du quartier par les équipes de la Mairie, le boulevard est toujours sale!

Les riverains sont excédés par cette situation car, pour la plupart, n’en sont pas à l’origine ! En effet cette saleté est principalement générée par les activités « commerciales » du boulevard.
Pourtant, l’article 99 du Règlement sanitaire départemental de Paris précise que les usagers de la voie publique et les occupants des locaux riverains “sont tenus d’éviter toute cause de souillure desdites voies”. Il leur est interdit de “pousser ou projeter les ordures ou résidus de toute nature” sur la voie publique. Cette interdiction concerne en particulier les emballages, les débris de nourriture et les détritus d’origine animale ou végétale.
 
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
–   de mettre en place des solutions efficaces de lutte contre les infestations de nuisibles (rats, punaises de lit…) du quartier

  • de nettoyer le boulevard deux fois par jour (matin et fin d’après-midi)
  • de multiplier le nombre de poubelles sur le boulevard de Strasbourg
  • de déplacer les poubelles sur le trottoir, afin de les éloigner de la rue et les rapprocher de l’espace de circulation des piétons
  • de nettoyer (systématiquement) les graffitis et affiches sur les immeubles et rideaux des commerces du quartier
  • d’appliquer et faire respecter la loi et de réprimer les incivilités
  • de mettre en place une brigade spécialisée dans la traque des incivilités sur le boulevard et dans le quartier
  • d’installer sur le boulevard (au carrefour Château d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier

9.  CIRCULATION

Depuis des années, l’activité des salons de coiffure, ongleries, commerces de produits cosmétiques, épiceries “exotiques” et la vente au déballage génèrent d’importantes gênes de circulation, tant sur la voie publique que sur les voies cyclables et les trottoirs. En effet, nombreux sont les clients de ces commerces ou vendeurs au déballage qui stationnent en double file sur le boulevard, réduisant ainsi la circulation tant automobile que cyclable. Certains stationnent même sur le trottoir !
Ajoutons à cela les cars de tourisme qui stationnent également en double file ou sur la voie cyclable du boulevard !

Pourtant, l’Art 417-10 du Code de la Route prévoit que tout arrêt ou stationnement gênant est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la deuxième classe. L’immobilisation et la mise en fourrière peuvent même être prescrites.

Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– d’appliquer et faire respecter la loi
– une action intensive dans le quartier (surtout le samedi) pour interdire et verbaliser systématiquement le stationnement gênant sur le boulevard, notamment pour assurer la circulation des vélos dans l’espace qui leur est réservé
– d’isoler le trottoir de la piste cyclable, en débitumant les trottoirs pour relier les pieds d’arbres par des parterres plantés fleuris et protégés
– d’isoler la piste cyclable de la circulation, en réduisant l’espace de circulation des voitures et arborant la séparation voiture/cyclistes.
– d’installer sur le boulevard (au carrefour Château d’Eau) une antenne du commissariat (national ou municipal) pour lutter plus activement contre les incivilités du quartier
– de mettre en place une brigade spécialisée dans la traque des incivilités sur le boulevard et dans le quartier 


10.         IMAGE DU QUARTIER/ DE PARIS 

Le boulevard de Strasbourg jouit d’une situation centrale dans la capitale. Il est l’axe traversant Paris du sud au nord, reliant Châtelet à la gare de l’Est.
Tous ceux qui vont et viennent de la gare de l’Est et se dirigent vers le centre de la capitale, comme l’a permis le baron Haussmann, sont amenés à emprunter ce boulevard un jour ou l’autre.
Situé face à la gare de l’Est, il compte de nombreux atouts : plusieurs théâtres, deux cinémas d’Art et Essai, un musée, une église, plusieurs hôtels, une discothèque, des passages… qui ne sont pas valorisés ! Et le quartier est très peu végétalisé!

Les nombreuses agressions, les incivilités, l’insécurité, la saleté, les difficultés de circulation tant en transports, qu’en voiture, en vélo ou à pieds… font fuir les touristes du boulevard.
Les touristes sont effectivement effrayés par ce boulevard ! C’est dommage pour un boulevard situé face à une gare internationale, desservant notamment l’Allemagne, la Suisse, le Luxembourg, l’Autriche, l’Angleterre, l’Italie, la Russie, la Pologne…

Bref, découvrir le boulevard de Strasbourg en sortant de la gare est une triste vitrine pour Paris ! Gageons qu’à l’aube d’accueillir les Jeux Olympiques de 2024, la municipalité s’en préoccupe !!
 
Les habitants, les commerçants et sympathisants du quartier demandent aux autorités :
– de débitumer les trottoirs pour relier les pieds d’arbres par des parterres plantés fleuris et protégés
– de débitumer le carrefour magenta pour le végétaliser
– de piétonniser et débitumer les rues adjacentes au boulevard pour les végétaliser (rue de Metz, passage de l’industrie, rue Jarry, rue de la Fidélité)
– de se préoccuper de l’attractivité de ce quartier, situé face à une gare internationale
– de lutter contre toutes les infractions et incivilités dans le quartier
– d’appliquer et faire respecter la loi et les droits dans ce quartier
  

Mesdames, Messieurs,

Comme vous le voyez de nombreuses lois permettraient déjà, si elles étaient appliquées et respectées, d’améliorer à minima la qualité de vie dans ce quartier.
Il n’est pas acceptable qu’au cœur de Paris, à deux cents mètres de la Mairie du Xè arrondissement, un quartier se développe, dans l’indifférence générale, en méprisant toutes les lois françaises, devenant une zone de non-droit !

Aussi, nous vous demandons de mettre la priorité sur le boulevard de Strasbourg et le quartier Château d’Eau, en élaborant un plan d’urgence pour rendre ce quartier aux habitants et leurs commerces de proximité.

Nous ne demandons pas d’investir d’importants budgets dans un nouvel aménagement urbain du boulevard, qui ne résoudrait pas les problèmes de l’ordre public et du cadre de vie du quartier.
Seule une volonté et de vraies actions politiques permettront d’améliorer la qualité de vie du boulevard et de protéger le cadre de vie des parisiens. Nous demandons des actions collectives et coordonnées de l’ensemble des pouvoirs publics pour améliorer les conditions et le cadre de vie des riverains, garantir l’ordre public et la sécurité des parisiens.

 Les habitants, commerçants et sympathisants du boulevard de Strasbourg et du quartier Château d’Eau