Pourquoi Airparif procure des chiffres sur les niveaux de pollution aux microparticules très en-dessous de la réalité ?


Avec l’affaire du siècle, du 14 au 16 mars, la France a été le théâtre d’une intense mobilisation des défenseurs du climat.

La France a envoyé en mars 2018 à Bruxelles un plan de lutte contre la pollution atmosphérique, un «plan relatif à la qualité de l’air permettant de ramener les concentrations en dioxyde d’azote [NO2] et en particules fines PM10 sous les valeurs limites» fixées par le code de l’environnement, et ce, dans les quatorze zones où ont été observés des dépassements de seuils en 2015, notamment Paris, Marseille, Lyon, Strasbourg, Toulouse ou la Martinique.

La pollution atmosphérique tue 48 000 personnes chaque année en France

Des médecins et associations s’inquiètent d’un «manque d’ambition» de ce plan et insistent sur la nécessité de réduire le trafic routier et la consommation d’énergies fossiles. Pour Jocelyne Just, «il faut agir car la pollution de fond, celle qu’on respire dans les villes au quotidien, affecte les personnes qui ont des maladies respiratoires ou cardio-vasculaires chroniques, mais perturbe aussi l’organisme des sujets sains, en particulier des enfants et même des fœtus, augmentant le risque de prématurité, de petits poids de naissance et de maladies broncho-pulmonaires chroniques». Pire, la pollution atmosphérique augmente aussi les risques de cancers, de maladies auto-immunes, de diabète ou de maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer et Parkinson. Résultat, elle provoque la mort prématurée de 48 000 personnes chaque année en France, selon Santé publique France. Soit la troisième cause de mortalité après le tabac et l’alcool. Elle fait par exemple perdre neuf mois d’espérance de vie aux Parisiens.

Airparif : comment est calculé le seuil d’alerte

Airparif publie sur son site : http://www.airparif.asso.fr le niveau de pollution sur Paris et sa région selon 3 composants : l’Ozone (O3), le Dioxyde d’Azote (NO2) et les Particules (PM10), dans des bulletins journaliers qui indiquent l’indice de pollution moyen de la journée en cours, de la veille et du lendemain, calculé à partir de la combinaison du taux de présence de ces trois composant calculé en microgrammes par mètre cube selon l’indice européen Citeair

Un épisode de pollution est identifié quand l’indice moyen franchit le premier seuil de 50 microgrammes par m3 puis un deuxième seuil d’alerte se produit à 80 microgrammes par m3. Dans ce dernier cas la préfecture de police de Paris doit mettre en œuvre un plan d’urgence axé sur des mesures de réduction des émissions concernant les industries, la circulation et l’utilisation du chauffage au bois. La circulation différenciée exclut de la circulation les véhicules CRIT’Air 4 et 5 et non classées,  dans la zone intra 86, visant à une réduction du nombre de véhicules en circulation de 12% soit une diminution attendue de 32% des émissions d’Oxydes d’Azote (NOx), 25% des particules PM10 et 30%  des particules PM2,5.

Les indicateurs de pollution rendus disponibles aux simples citoyens

Extrait de l’article d’Emilie Torgemen dans le Parisien du 11 mars 2019 : Pollution de l’air à Paris : nos tests alarmants

Plus besoin d’instruments encombrants pour savoir ce qu’il y a dans l’air que nous respirons. Signe qu’il y a une vraie demande, les capteurs personnels comme le petit tuyau américain Atmotube, ou le porte-clefs chinois Clarity, se multiplient. Pour notre test, nous avons choisi Flow, élaboré par la start-up française Plume Labs qui s’est associée au centre de politique environnementale de l’Imperial College London et au laboratoire de sciences atmosphériques Lisa, du CNRS. Cette clochette en métal coûte 179 euros.

L’engin aspire l’air extérieur et mesure quatre polluants, « les plus importants en termes de santé », explique Romain Lacombe, l’un des fondateurs. À savoir les taux de particules fines PM 10 et des PM 2,5 mais aussi le dioxyde d’azote (NO2), responsable d’inflammation des voies respiratoires, ainsi que les composants organiques volatils (COV).

Les infos traitées par l’ordinateur miniature arrivent ensuite via une appli sur l’écran de votre téléphone. Les rapports n’apparaissent pas tout à fait en direct, il y a parfois 1 à 2 heures de décalage. Comme ces données sont géolocalisées on peut a posteriori retracer les lieux les plus pollués. Ces données brutes, en microgrammes par mètre cube pour les particules, sont ensuite transformées en code couleur : de vert pour un air pur, à violet pour un air très pollué, ce qui signale un impact immédiat pour la santé (AQI : air quality index).

La start-up s’appuie sur les recommandations de l’OMS, plus strictes que les seuils officiels français. « La pollution de l’air est une crise mondiale. Mais chaque pays fixe ses propres seuils ou échelles locales, plus ou moins ambitieux… et plutôt moins en général. Nous avons donc choisi les seuils officiels les plus reconnus par les scientifiques », explique Romain Lacombe.

Résultats choquants des mesures effectuées avec le capteur Flow

Face à ce danger invisible, nous avons voulu mesurer la qualité de l’air avec un capteur Flow, un de ces nouveaux appareils portatifs disponibles au grand public. « Ce sont d’excellents outils de sensibilisation, nous les utilisons dans un projet de sciences participatives dans le XXe. À terme, on pourra s’en servir pour établir des cartographies » souligne Pierre Pernot, ingénieur à Airparif.

Des articles ont été récemment publiés dans la presse sur les niveaux excessifs de microparticules dans le métro et le RER à Paris, entre 200 et 400 µg/m3. Nous nous sommes concentrés sur notre logement (4ème étage dans le quartier Arts et Métiers) et ses environs en commençant par l’extérieur immédiat. Une première remarque : le fait de garder les fenêtres toujours ouvertes de notre appartement garantit l’adéquation entre le niveau de pollution interne et externe. Nous avons pu le vérifier.

Voici les chiffres très alarmants relevés avec le capteur Flow. Une première constatation : il n’y a pas de répit en-dessous de 100 µg/m3 pour les PM10 et les PM2,5 pendant la nuit ou en dehors des pics entre 150 et 250 µg/m3 pendant la journée, entre le 20 et le 30 mars 2019.

Nous avons comparé l’indice global du jour fourni par Airparif avec celui procuré par le capteur Flow avec le détail des moyennes pour les PM10 et les PM2,5 fournis par le capteur. Ensuite en fonction du pic constaté par le capteur Flow à une heure précise, nous avons comparé les mesures de concentration des PM10 et PM2,5 obtenues avec le capteur avec celles des relevés de la station Airparif Paris Centre (relevés disponibles en ligne).

Le mercredi 20 mars 2019 :

Airparif : indice journalier : 63 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow : 67 AQI forte

67 µg/m3 de PM10

47 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 10h :

142 µg/m3 de PM10

98 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 10h le 20 mars 2019 :

67 µg/m3 PM10

37 µg/m3 PM2,5

Le jeudi 21 mars 2019 :

Airparif :  indice journalier :58 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow :97 AQI forte

97 µg/m3 de PM10

67 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 14h

226 µg/m3 de PM10

157 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 14h le 21 mars 2019 :

27 µg/m3 PM10

19 µg/m3 PM2,5

Le vendredi 22 mars 2019

Airparif  indice journalier :72 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow :159 AQI très forte

159 µg/m3 de PM10

103 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 12h :

220 µg/m3 de PM10

149 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 12h le 22 mars 2019 :

90 µg/m3 PM10

55 µg/m3 PM2,5

Le samedi 23 mars 2019

Airparif : indice journalier :64 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow :152 AQI très forte

152 µg/m3 de PM10

104 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 18h :

242 µg/m3 de PM10

194 µg/m3de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 18h le 23 mars 2019 :

31 µg/m3 PM10

27 µg/m3 PM2,5

Le dimanche 24 mars 2019 :

Airparif : indice journalier : 63 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow : 134 AQI très forte

134 µg/m3 de PM10

88 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 9h :

234 µg/m3 de PM10

170 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 9h le 24 mars 2019 :

33 µg/m3 PM10

32 µg/m3 PM2,5

Le lundi 25 mars 2019 :

Airparif :  indice journalier 36 modéré dû aux PM10

Relevé capteur Flow :35 AQI modéré

35 µg/m3 de PM10

24 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 17h

101 µg/m3 de PM10

63 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 17h le 25 mars 2019 :

19 µg/m3 PM10

10 µg/m3 PM2,5

Le mardi 26 mars 2019

Airparif  indice journalier :42 faible dû au dioxyde d’azote

Relevé capteur Flow :44 AQI modéré

44 µg/m3 de PM10

27 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 22h :

116 µg/m3 de PM10

66 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 22h le 26 mars 2019 :

30 µg/m3 PM10

19 µg/m3 PM2,5

Le mercredi 27 mars 2019

Airparif : indice journalier :57 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow :84 AQI forte

84 µg/m3 de PM10

52 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 21h :

175 µg/m3 de PM10

112 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 21h le 27 mars 2019 :

46 µg/m3 PM10

36 µg/m3 PM2,5

Le jeudi 28 mars 2019

Airparif  indice journalier :71 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow :126 AQI très forte

126µg/m3 de PM10

83 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 14h :

234 µg/m3 de PM10

115 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 14h le 28 mars 2019 :

42 µg/m3 PM10

33 µg/m3 PM2,5

Le vendredi 29 mars 2019

Airparif : indice journalier :59 moyen dû aux PM10

Relevé capteur Flow :91 AQI forte

91 µg/m3 de PM10

61 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 24h :

218 µg/m3 de PM10

150 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 24h le 29 mars 2019 :

33 µg/m3 PM10

33 µg/m3 PM2,5

Le samedi 30 mars 2019

Airparif : indice journalier :61 moyen dû au dioxyde d’azote

Relevé capteur Flow :97 AQI forte

97 µg/m3 de PM10

68 µg/m3 de PM2,5

Pic sur le capteur Flow à 2h :

245 µg/m3 de PM10

188 µg/m3 de PM2,5

Relevé d’Airparif à la station Paris centre à 2h le 30 mars 2019 :

20 µg/m3 PM10

38 µg/m3 PM2,5


Quant aux quais de Seine, durant les après-midis entre le 20 et le 30 mars 2019, jamais le capteur Flow n’est descendu en dessous de 100 µg/m3. Autrement dit, la pollution est aussi forte au bord de la Seine qu’ailleurs, du fait des rejets des moteurs diesels des péniches et bateaux mouches et de la pollution ambiante.

Appel pour multiplier les mesures de la véritable pollution aux microparticules et pour pousser les politiques à agir

N’est-il pas indispensable que nous simples citoyens, multiplions de manière systématique les mesures des niveaux de pollution aux microparticules dans notre environnement proche ? Aidez-nous en vérifiant vous aussi la grande différence constatée dans les mesures du nombre de microgrammes de microparticules par m3 effectuées par vous par rapport aux chiffres communiqués par Airparif sur son site en ligne  concernant la station la plus proche de chez vous.

Mettons nos efforts en commun pour établir les cartes réelles des niveaux de pollution dans Paris et sa région. Nous pourrons ainsi nous mettre en situation de demander à Airparif la raison du biais systématique à la baisse des taux de pollution atmosphérique relevés dans ses bulletins quotidiens. Une fois les vrais taux validés, nous serons alors en mesure de faire pression sur les politiques pour appliquer plus strictement les mesures à prendre, comme la réduction du trafic automobile et celle de la consommation d’énergies fossiles, pour redresser la situation très dégradée à cause de la trop grande présence de microparticules par m3 d’air dans Paris et sa région sans oublier les autres régions touchées par le même fléau en France et ailleurs.


Bilan de l’action engagée depuis septembre 2017

Mail de Monsieur le Commissaire Vincent GORRE du 2 janvier 2018 aux membres de l’ARQAM

Bonjour à tous,

Tout d’abord, je souhaite vous adresser mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année qui commence.

Ensuite, je voudrais vous relater brièvement le bilan de l’action que nous avons engagée sur le secteur Sainte Apolline-Blondel depuis quelques mois.
Depuis le 21 septembre, 4 opérations d’envergure ont été réalisées, conduisant à la mise en cause de gérants de 8 établissements de coiffure et de tresses.
Pour chacun d’entre eux, des poursuites judiciaires et administratives étaient engagées.

Les premiers résultats commencent d’ailleurs à être visibles : l’établissement “7th dimension tresses” gardera ainsi porte close pendant 10 jours.
2 autres arrêtés de fermeture sont encore à l’instruction au Cabinet du Préfet de Police. Je ne doute pas qu’ils seront très rapidement signés et mis en application.

Le 5 décembre dernier, une opération d’envergure était mise en place associant, à l’initiative du commissariat, l’URSSAF, les Impôts, la DDPP et les services spécialisés de Police. 5 établissements étaient contrôlés simultanément, permettant l’interpellation de 7 individus et le constat de 11 infractions. Les enquêtes sont toujours en cours.

Parallèlement, les individus contrôlés sur la voie publique en train de consommer ou de même simplement de détenir de l’alcool étaient systématiquement verbalisés (conformément à l’arrêté préfectoral), ceux consommant des produits stupéfiants, interpellés. Au total, 19 actions de verbalisation ou d’interpellation étaient mises en œuvre.

En 2018 comme en 2017, vous pouvez compter sur notre détermination pour que ce quartier retrouve une physionomie calme et apaisée.

Nous demeurons bien sûr à votre écoute pour nous faire part de votre retour sur l’impact des actions engagées et de l’évolution ressentie “sur le terrain”.

Bien cordialement,

Vincent GORRE

Commissaire Central

Commissariat du 3ème arrondissement

DSPAP – DTSP 75

Préfecture de police

Tél. : 01-42-76-13-01

Nouvel arrêté anti alcool pris le 18 octobre 2018 couvrant toute la zone entre les boulevards de Sébastopol, Saint Denis et les rues Saint-Martin et Papin

L’arrêté portant interdiction de la consommation, détention, transport de boissons alcooliques de 16h à 7h dans le périmètre des boulevards de Sébastopol, Saint Denis, rue Saint Martin y compris l’impasse de la Planchette et la rue Papin pris le 16 février 2017 a été abrogé et remplacé par un nouvel arrêté

Arrêté 2018-00673 publié au BMOVP 16 10 2018

Cet arrêté stipule que la vente à emporter de boissons alcooliques est interdite de 21h à 7h dans le périmètre concerné.

Les attendus qui accompagnent cet arrêté sont édifiants. Le plus significatif : “considérant le rapport du commissaire central du IIIe […. ] qui établit formellement un lien de causalité entre vente à emporter de boissons alcooliques, l’alcoolisation d’individus consommant de l’alcool sur la voie publique ainsi que les troubles et les nuisances générées par ces individus alcoolisés particulièrement en fin d’après-midi et la nuit dans le secteur Sébastopol/Saint-Denis/Saint Martin/ Papin/Planchette” et ceci : durant la période estivale 2017 les effectifs de police sont intervenus à près de 800 reprises.”

Instaurer un dialogue avec les propriétaires des locaux commerciaux dans notre quartier et leurs agents immobiliers

La surveillance des baux commerciaux vacants, l’envoi de lettres aux propriétaires pour les sensibiliser à notre problématique ne sont pas suffisants pour stopper la progression envahissante des boutiques africaines dans nos trois rues. Pour obtenir des perspectives favorables, il faut que l’ARQAM mobilise davantage son réseau de propriétaires partageant les mêmes objectifs et trouve les moyens de dissuader les propriétaires récalcitrants.

L’ARQAM n’a pas réussi à établir des listes de commerçants de proximité prêts à venir s’installer dans les locaux commerciaux rendus vacants. Les associations de commerçants ne se sont jamais mobilisées. Seul la page Facebook de Marais Entreprendre  a paru plus réactive. Mais beaucoup reste à faire.

URGENT ! Locaux et baux commerciaux vacants dans nos rues

Il serait fort regrettable que les locaux commerciaux vacants dans l’une ou l’autre de nos trois rues ne soient accaparés encore par les gérants des boutiques africaines.

Comme convenu avec Mme Bismuth Le Corre, Adjointe au Maire chargée de la petite enfance, du budget participatif, du développement économique, de l’animation économique (commerces, artisanat) et de l’animation locale, nous demandons instamment aux services de la Mairie du 3ème arrondissement de se mobiliser pour proposer des locataires qui respectent les lois, ne causent pas de nuisances au voisinage, garantissent l’aspect multiculturel et développent le commerce de proximité.

Rue Blondel

5 rue Blondel

(anciennement salon de coiffure TM Fils Beauté)

RDC : 120 m2 et local rangement en sous-sol : 80 m2

Nombre d’entrée possible : 2

Loyer : HC/AN

Pas de porte, droit au Bail, Fond de commerce :

Type de Bail envisagé : Bail commercial classique 3/6/9

Agence : CB immobilier 14 rue Notre Dame de Nazareth 75003 Paris    06 03 52 51 05

Rue Saint-Martin

326 rue Saint-Martin

(anciennement Speed Rabbit Pizza)

RDC : 80 m2 et local rangement en sous-sol : 30 m2

Nombre d’entrée possible : 1

Loyer : HC/AN

Pas de porte, droit au Bail, Fond de commerce :

Type de Bail envisagé : Bail commercial classique 3/6/9

Agence : 06 45 80 58 17 et 07 69 43 32 06

312 rue St Martin

(anciennement Ari’s Bagels)

RDC : 45 m2 et local rangement en sous-sol  : 45 m2

Nombre d’entrée possible : 1

Loyer : 33600 HC/AN

Type de Bail envisagé : Bail commercial classique 3/6/9

Agence :

06 45 80 58 17

Aidez nous à mettre à jour cette liste de locaux commerciaux vacants : il manque des infos sur le descriptif de certains locaux commerciaux, le montant des loyers demandés et les agences immobilières chargées de gérer ces baux.

Projet participatif: “Pour que revive la rue Saint-Martin”

L’ARQAM a accompagné l’évolution du projet participatif : “Pour que revive la rue Saint-Martin”

qui a été approuvé en octobre 2017 suite aux 716 votes recueillis.

716 votes

Dans la continuité du projet réalisé au nord, dans le 10e arrondissement sur la rue du faubourg Saint-Martin dans le cadre de l’édition 2015 du budget participatif, et au sud devant l’église Notre-Dame-des-Champs, le projet consiste à réaménager la rue Saint-Martin sur son tronçon entre le boulevard Saint-Denis et la rue du Vertbois.

L’espace ainsi réorganisé augmentera la place dédiée aux piétons et aux cyclistes et permettra également l’installation de jardinières ou la plantation d’arbres. La circulation dans la rue pourra être modérée grâce à une mise en zone 30.

Budget : 780 000 Euros

Tout reste à faire pour faire renaître le quartier en y impulsant des activités citoyennes. Le défi réside dans un changement de perspective chez les riverains sur leur propre quartier, ce qui pourrait les inciter à s’y investir ne serait-ce qu’en se réappropriant l’espace public.

Ce que nous voulons : des commerces légaux, multi-activités et multiculturels

Il y a des commerces qui prospèrent dans la rue Sainte Apolline et ceci nous ravit.

Les salons de coiffure :
Le Diamant noir au 1 rue Sainte Apolline

Naty Ay au 3 rue Sainte Apolline

L’onglerie :
Axiang onglerie Asia au 6 rue Sainte Apolline

Le mural au coin du 2 et du 4 rue Sainte Apolline était une surprise agréable

La boutique de retouche au 2 rue Sainte Apolline

La boutique de restauration rapide au 2 rue Sainte Apolline

L’agence de publicité médicale Med&You au 2 rue Sainte Apolline

La compagnie des lots au 359 rue St Martin et 2 rue Sainte Apolline est remplacée par la boulangerie BO & MIE

Le bar tabac la Violette au 4 rue Sainte Apolline

La crèche Les malicieux de Sainte Apolline au 7/9 rue Sainte Apolline

La maison Malapert de design intérieur au 9 rue Sainte Apolline

La rue Blondel mérite d’être réhabilitée

Nous regrettons la fermeture de la galerie Melkart au 3 rue Blondel

Nous sommes ravis de l’ouverture fin 2015 du cabinet d’experts comptables Sanchez Richard au 4 rue Blondel

Nous sommes ravis de l’installation depuis l’été 2017 de l’Antichambre escape games
au 8 et 10 rue Blondel

Nous aimons le bar Deux point zéro
qui vient de s’installer au 7 rue Blondel

ainsi que le restaurant rapide
Noa Salad and More au 9 rue Blondel

Rue Saint-Martin

Nous sommes satisfaits de voir que la boutique Lycamobile Rick Telecom au 355 rue Saint Martin décide de respecter l’arrêté anti-consommation d’alcool dans la rue par ses clients

Nous aimons le restaurant Sen Viet, 324 rue Saint-Martin

et le restaurant Fuugaya au 330 rue Saint-Martin
qui soutiennent l’action de notre association.

69 rue Meslay
Nous aimons L’hôtel du Plat d’Etain
qui soutient également notre association.

Nous allons oeuvrer pour que s’installent des commerçants capables de revitaliser nos trois rues par la clientèle qu’ils vont y attirer.

Des grilles coulissantes ferment le parking de l’impasse de la planchette

L’ARQAM avait écrit au propriétaire du parking privé en août 2016 pour lui faire connaître ses revendications et lui demander instamment d’installer des grilles coulissantes pour empêcher le séjour des consommateurs et vendeurs de drogue dans le parking. Trois populations en effet cohabitaient dans ce parking à ciel ouvert : les consommateurs et vendeurs de drogue (crack, cocaïne, héroïne), les rabatteurs des boutiques africaines, les SDF.

A la réunion du conseil d’arrondissement du 24 octobre 2016, il a été acté qu’il fallait relancer l’architecte des bâtiments de France, Mme Sophie Hyafil, pour qu’elle réexamine son refus d’installation de ces grilles. En février 2017, elle a approuvé le nouveau projet qui lui a été présenté. Ensuite, malgré les relances de M. Kilian Barthélémy, adjoint de M. Caron-Thibault, Premier Adjoint au Maire du 3ème Arrondissement, auprès du gérant, la situation n’a pas progressé du fait d’un goudronnage préalable de la chaussée du parking nécessitant la prise en compte des gaines de réseaux de télécoms passant dessous. Cette opération s’est terminée fin 2017 et en juillet 2018 les travaux ont commencé pour l’installation de ces grilles.

L’ARQAM tient à remercier d’abord le propriétaire du parking qui a pris à sa charge le coût assez élevé des travaux, ensuite M. Caron-Thibault et ses adjoints pour le suivi assidu de ce dossier.

Notre demande pour l’installation d’une caméra de vidéosurveillance au coin des rues Sainte Apolline et Saint-Martin

L’ARQAM a demandé au Maire par un mail du 14 juillet 2016 l’installation d’une caméra de vidéosurveillance au coin de la rue Sainte Apolline et Saint-Martin, lieu de rassemblement des rabatteurs africains, source de nuisances sonores, sanitaires et sécuritaires. Notre demande était dans le lot des caméras programmées pour le 3ème arrondissement pour 2017. Cette caméra devait faire partie du plan caméra acté en fin d’année 2017. L’ARQAM continuera de faire part des demandes pressantes pour l’installation de cette caméra tant de la part des commerçants (hôtels, commerces divers et en particulier la boutique dont les devantures se trouvent au 2 rue Sainte Apolline) que de la part des habitants du quartier excédés par les troubles à l’ordre public.

Adhésions 2019

L’association a été créée en octobre 2016 dans le but de réhabiliter notre quartier qui a subi de profondes transformations ces dernières années. Il s’agit avant tout de recréer un environnement chaleureux, convivial et apaisé, à l’image de l’ensemble de notre arrondissement.

Dans un premier temps, l’ARQAM se concentre sur les points suivants :

–       redynamiser, avec l’appui des pouvoirs publics, le tissu commercial et associatif de nos rues dans le prolongement de ce qui a été fait dans le reste de l’arrondissement jusqu’aux rues du Vertbois et Notre-Dame de Nazareth

–        faire cesser les troubles et nuisances de toute nature, causés notamment par le trafic de drogue et la présence de rabatteurs qui occupent l’espace public sans respect pour les habitants et l’environnement (violences physiques et verbales, abandon de détritus, etc…)

Nous travaillons déjà avec les pouvoirs publics qui sont très sensibles au sujet et avec qui nous avons engagé un plan d’actions. Rejoignez-nous pour partager vos témoignages et idées et augmenter ainsi le rayonnement de notre Association.

 ARQAM 

contact@renaissanceartsetmetiers.org

blog : http://renaissanceartsetmetiers.org/

https://www.facebook.com/arqamParis3/

découper suivant le pointillé ou bien

il est possible d’adhérer en ligne sous le bouton s’inscrire sur notre page Facebook

ou bien en cliquant sur le lien vers HelloAsso plus bas


Adhésion à «l’association pour la renaissance du quartier Arts et Métiers»

Association agréée, régie par la loi de 1901.

Année 2019

Nom : Prénom :

Adresse :

Téléphone :

e-mail :

ci-joint chèque de 10 € (ou plus) à l’ordre de l’ARQAM à adresser  à l’adresse suivante:

Association pour la renaissance du quartier Arts et Métiers

3 rue Ste Apolline 75003 PARIS

ou virement sur compte CCP : IBAN : FR6420041000016819101X02031
BIC  : PSSTFRPPPAR
Titulaire : Association pour la Renaissance du Quartier Arts et Métiers

ou virement sur HelloAsso : http://bit.ly/2ETTeVG