Réponse à nos demandes de Mme Isabelle KNAFOU directrice de cabinet du Maire de Paris Centre M. Ariel WEIL

Le 2 juillet 2021

Cher Monsieur,

Pardonnez-moi, tout d’abord, cette réponse tardive.    

À la suite de divers échanges avec le Commissaire de police de Paris Centre au sujet de la situation de votre quartier, voici les éléments que je peux porter à votre connaissance :

Tout d’abord, il ne fait aucun doute que les services de la Police nationale continuent à accorder une attention particulièrement soutenue au secteur Sainte-Apolline/Blondel, et que cela ne s’est pas arrêté avec les périodes de confinement et couvre-feu successives.

En témoigne notamment la fermeture administrative du « Marfoso Barber Shop » (3, rue Sainte-Apolline) prononcée pour une durée de 3 semaines en décembre 2020. Cet établissement fait d’ailleurs l’objet d’une nouvelle demande de fermeture (en cours).

En outre, le Commissaire va faire procéder sous peu à de nouveaux contrôles visant l’enseigne « Lycamobile » (355, rue Saint-Martin) sur les faits supposés de vente d’alcool prohibée.

Ces prochaines semaines, la question du travail dissimulé émanant de certains commerces devrait également se traduire par la conduite d’actions ciblées et coordonnées entre les services de police et ceux de l’URSSAF.

Quant aux nuisances occasionnées par les rabatteurs, si celles-ci sont bien dans le collimateur de la Police nationale depuis plusieurs années, sachez que la DPSP (future police municipale) réalise également des rondes régulières le soir pour pacifier l’usage de l’espace public dans la zone où stagnent ces individus bien identifiés.

S’agissant, enfin, de l’arrêté d’interdiction de consommation de boissons alcooliques en vigueur, sachez que celui-ci permet avant tout de motiver les contrôles de la Police nationale. Un affichage particulier rue par rue de l’arrêté ne revêt donc pas un caractère de nécessité absolue.

Quant à la demande de caméra rue Meslay, je vous confirme qu’elle figure en première position dans notre liste de demandes à la Préfecture de police. Nous attendons toujours un retour de leur part.

En conclusion, je vous propose de faire un nouveau point d’étape à la rentrée de septembre, dans la mesure où de nouvelles interventions auront très certainement pu être menées entre temps.

En espérant que ces éléments vous seront utiles.

Bien cordialement,

Isabelle Knafou

Directrice de cabinet d’Ariel Weil, Maire de Paris Centre

01.87.02.62.84

Mairie de Paris Centre

2, rue Eugène Spuller

75003 Paris

De : ARQAM [mailto:contact@renaissanceartsetmetiers.org]

Envoyé : mardi 15 juin 2021 14:41

À : Knafou, Isabelle

Objet : ARQAM : bilan d’étape

 Madame la Directrice de Cabinet,

Je vous remercie pour votre dernier mail du 18 janvier dernier. Cinq mois après nos derniers échanges, il est temps à mes yeux de faire un bilan d’étape.

Nous constatons la persistance des troubles à l’ordre public : nuisances sonores, ivresse sur la voie publique, bagarres, trafic de drogue, tous les jours de 16h à 23h, causés par des groupes d’une dizaine de jeunes noirs devant les salons de coiffure “Sylvie Art Haircut” au 3 rue Blondel et “Star Boyz coiffure” au 6 rue Blondel.

Egalement devant le salon de coiffure “Marfoso Barber Shop”au 3 rue Sainte Apolline, devant la boutique “African Makanaki” au 5 rue Sainte Apolline qui leur vend de la bière, devant le salon de coiffure “Tête beauté” au 6 rue Sainte Apolline et devant le restaurant africain “Attiek ivoire” au 7 rue Sainte Apolline, des groupes d’une vingtaine de jeunes noirs font beaucoup de bruit de 16h à 24h tous les jours, boivent de l’alcool dans la rue alors que c’est illégal selon l’arrêté 2018-00673 portant sur l’interdiction de consommation de boissons alcooliques dans les rues du quartier. Ils font aussi du trafic de drogue. Ils occupent même le pas de porte de l’immeuble 1 et 3 rue Sainte Apolline (bloquant le passage pour les habitants de cet immeuble).

Il est d’autant plus indispensable de vous demander des informations que je n’arrive pas à obtenir du brigadier chef Sabrina Bieberstein de la mission de prévention de contact d’écoute du commissariat Paris Centre, qui a recueilli mes mains courantes hebdomadaires (15 entre juillet et octobre 2020 jusqu’au deuxième confinement) et continue de le faire depuis la sortie du confinement ce mois-ci. Je constate en effet qu’elle ne réfère pas mes demandes d’information au commissaire Olivier Morges et que je n’obtiens par conséquent pas les réponses adéquates.

Je n’arrive pas à savoir si la police a contrôlé la boutique d’alimentation africaine : African Makanaki au 5 rue Sainte Apolline qui vend de la bière aux rabatteurs et migrants et dont il faudrait vérifier si elle a la licence III pour vendre de la bière.

D’autre part, la boutique Lycamobile au 355 rue Saint-Martin continue à vendre des flasques d’alcool fort alors que je doute qu’elle ait la licence IV. Je me demande pourquoi la police ne contrôle pas les gérants de cette boutique et ne répond pas à la demande du Maire d’effectuer une fermeture administrative de cette boutique.

Je voudrais savoir pourquoi le gérant du salon de coiffure africaine “Marfoso Barber Shop” au 3 rue Sainte Apolline n’a jamais été fermé administrativement pour fraudes à l’URSSAF alors que le préfet de police l’avait demandé en décembre dernier (cf. Votre dernier mail du 18 janvier 2021). Est-ce que le Procureur a classé le dossier sans suite ? Dans ce cas il faudrait renouveler les contrôles URSSAF et recommencer la procédure car les nuisances des rabatteurs qui s’agglutinent devant la devanture du “Marfoso barber shop” sont quotidiennes jusque sur les marches de l’entrée de l’immeuble au 1 et 3 rue Sainte Apolline.

Quatre adhérents de l’ARQAM (trois dans la rue Sainte Apolline, un dans la rue Saint-Martin) avaient répondu favorablement à la demande du commandant Puech début mars 2021 d’organiser dans leurs appartements des planques discrètes pour surveiller les rabatteurs et migrants qui provoquent d’incessantes nuisances sonores et sécuritaires sur les trottoirs devant les boutiques africaines et qui font du deal de drogues en plus de boire de l’alcool dans nos rues alors que l’arrêté anti-consommation d’alcool 2018-00673 du 9 octobre 2018 publié au BMOVP 16 10 2018, le leur interdit théoriquement de 16h à 7h du matin tous les jours. Pourquoi la police semble avoir abandonné ce projet de planques dans nos appartements ?

En élargissant nos demandes à celles formulées en janvier dernier, voici une liste récapitulative:

·         installation par la voirie de panneaux “zone surveillée” près de la caméra de vidéoprotection située près de l’arrêt du bus 38 sur la rue Saint-Martin (autour des numéros 328 et 355). Il serait fortement souhaitable que les passants soient informés de la présence de la caméra pour qu’ils sachent qu’ils sont filmés et éventuellement que ceci les dissuade de se livrer à des trafics répréhensibles (cf. Notre demande datant du 22 juillet 2020)

·         Nous avons constaté que les consommateurs d’alcool dans la rue n’ont aucun moyen de savoir qu’il leur est interdit de le faire dans les rues du quartier entre 16h et 7h du matin. Nous demandons à ce que la voirie affiche l’arrêté 2018-00673 portant sur l’interdiction de consommation de boissons alcooliques dans les rues du quartier entre 16h et 7h du matin, arrêté à afficher en particulier rue Sainte Apolline, rue Blondel et le haut de la rue Saint-Martin entre les numéros 353 et 359.

Plus largement nos demandes restent valables et je voudrais bien que vous me rassuriez sur leur prise en considération par les services de la mairie, de la DPSP et du commissariat de Paris Centre.

·         instauration de six rondes de police par jour et en soirée

·         rajout d’un bras d’extension sur la caméra pour qu’elle prenne en enfilade la rue Sainte Apolline et la rue Meslay

·         prise d’un arrêté anti-attroupement dans les rues Sainte Apolline, Blondel et la partie de la rue Saint-Martin entre les numéros 353 et 357

·         multiplication des contrôles des salons de coiffure africaine, des boutiques de cosmétiques et des restaurants africains pour vérifier si les gérants sont en règle avec les impôts (TVA, impôt sur le CA), la législation du travail, les cotisations URSSAF, les règles sanitaires à respecter au risque de les forcer à fermer si ce n’est pas le cas

·         mention et prise en compte des besoins de notre quartier dans le contrat de prévention et de sécurité de Paris Centre comme terrain d’expérimentation du renforcement de la présence policière.

Merci pour votre patiente attention et dans l’attente de votre réponse. Nous souhaiterions avoir une réunion zoom avec vous si possible et si vous le jugez utile

PS.: ce mail a été approuvé par le bureau de l’ARQAM. Copie à M. Gérard Simonet président de Vivre le Marais ! Et à M. Bertrand Richard coprésident du conseil de quartier Sentier-Arts et Métiers.

Bien à vous,

Michel Arnaud

Président de l’ARQAM: Association pour la Renaissance du Quartier Arts-et-Métiers
http://www.renaissanceartsetmetiers.org/

https://www.facebook.com/arqamParis3/

@ARQAMParis3

Pétition de l’ARQAM: http://chng.it/xczWrL8cjv

contact@renaissanceartsetmetiers.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *